Toutes les Vérités > La France Multicolore Mécanique : mon essai sur le vivre ensemble

La France Multicolore Mécanique : mon essai sur le vivre ensemble

Publiée le 20/08/2013 |
7803 | 1
Révélée par WEZET-JOHN Yannick |
1

Restez informé !

Recevez quotidiennement
les nouvelles actualités
par e-mail.

Photo de la Vérité
Mon essai "La France Multicolore Mécanique" est une réponse à "La France Orange Mécanique" de Laurent Obertone. J'y décris les bienfaits du vivre ensemble.
La France Multicolore Mécanique est un essai né de mon indignation, moi, Yannick Wezet-John, citoyen français issu de l’immigration et intervenant dans le domaine de l’animation sociale et de la citoyenneté, notamment auprès de la jeunesse. Un sentiment qui est arrivé à son paroxysme à la lecture du livre de Laurent Obertone : La France Orange Mécanique.
 
Je partage ouvertement mes convictions et me place en fervent opposant de cette recherche absurde du bouc émissaire, si néfaste pour le vivre ensemble et l’évolution de notre société. Dans cet essai, je dénonce les amalgames entre l’immigration et les différents maux de notre société si couramment usités par la sphère politico-médiatique.
 
Cette sphère est, pour la plupart de ceux qui la composent, coupable : celles et ceux qui, à coup de prises de position ambiguës, « tweets » au vitriol, discours populistes et de plus en plus extrêmes, agitent les passions, manipulent les souffrances et concourent à la concentration de la haine sur une partie de la population française.
 
Ils sont coupables de tomber trop facilement dans le pessimisme et d’avoir une volonté perverse de diffuser la peur sans se pencher sur les éléments concrets de compréhensions de ces maux, sans effectuer un travail concret de diagnostic pourtant indispensable pour y remédier.
 
« Un mécanisme multicolore choisi par la France »
 
Cet écrit, plus qu’une attaque contre les voix qui portent un regard sombre et dévastateur sur notre société, a pour volonté d’insuffler un message d’espoir et d’acceptation de notre Histoire, de nous permettre de nous accommoder à ce mécanisme multicolore choisi par la France. Et ce plutôt que de le rejeter par cette obsession perverse du fait divers mettant en cause des personnes issues de l’immigration, par ce besoin compulsif de faire de l’étranger la cause de tous les problèmes économiques et sociaux du pays.

Il me paraissait important de répondre à ce journaliste sous pseudonyme, Laurent Obertone, qui ose aujourd’hui déclamer que notre pays, la France, subit un processus d’ensauvagement du fait de l’immigration. Cette théorie raciste, qui s’ajoute au fantasme du Grand Remplacement impulsé par le défunt Dominique Venner, qui s’est donné la mort de manière « militante » à Notre Dame de Paris, et développée par Renaud Camus en 2011 dans un livre, méritait tout de même une réaction.
 
Etait-ce aussi ce Grand Remplacement qui a poussé Missak Manouchian, d’origine arménienne, et son groupe de résistants appleé l’« Armée du crime » à défendre notre Liberté ? Non, ce n'est pas juste l’immigration qui gêne le plus Obertone et les adeptes de la théorie du Grand Remplacement : ils sont obsédés par l’immigration africaine.
 
Dans ce cas, était-ce le Grand Remplacement qui a poussé le capitaine Charles N’tchoréré, d’origine gabonaise, à servir la France lors des deux Guerres Mondiales et à être exécuté par les nazis le 7 juin 1940 ? Un peu de mémoire et d’égard pour ces personnes ne seraient pas superflus…
 
« Mes origines, mon adresse m’ont freiné dans l’accès à l’emploi et au logement. »
 
Devons-nous nous taire face à ce torrent de haine ? Devons-nous marginaliser ces personnes ? Je ne pense pas, cette dernière stratégie, marginaliser ceux qui diffusent une idéologie xénophobe, était peut-être bonne il y a quelques années, mais aujourd’hui les données sont différentes. La « fachosphère » s’est créée et s’organise sur Internet et divers réseaux sociaux. Rien de tel que l’anonymat pour les plus lâches et les plus réactionnaires et virulents pour diffuser ce virus haineux.
 
Ils sont là, ils donnent l’illusion d’être nombreux : 20 profils pour un contributeur, des propos plus insultants les uns que les autres, à chaque fois en réaction à un fait divers ou au simple fait qu’une ou des personnes issues de l’immigration ou musulmanes sont mises en avant.
 
S’il s’agissait seulement de prises de position… Non, des sites Internet comme « Fdesouche.com » ou « Ripostelaique » sont des lieux virtuels de réunions où ces gens organisent concrètement leur appel à la haine raciale. Inutile pour moi de m’attarder sur eux, sauf bien sûr quand ils jugent utile d’appeler à me brûler vif pour avoir osé écrire La France Multicolore Mécanique, comme cela a pu être le cas sur Fdesouche.
 
Je retiens plus cette stigmatisation qui parasite le quotidien de nombreux Français car, dans mon parcours, j’ai pu vivre les conséquences de cette obsession stigmatisante. Mes origines, mon adresse m’ont malheureusement freiné dans l’accès à l’emploi et au logement. Bien heureusement, j’ai eu la force de caractère pour passer au dessus de tout cela.
 
Il est totalement inutile de généraliser : nombreuses sont les personnes qui ont une « ouverture d’esprit » suffisante pour se focaliser uniquement sur les compétences et le potentiel. La simple envie de saluer leur attitude montre malheureusement que cette « ouverture d’esprit » devient rare. Et ce au profit des a priori et de la tentation xénophobe, bien que je reste positif et persuadé que notre pays demeure, dans sa grande majorité, ouvert et rejette cette tendance effrayante qui vise à pointer du doigt une partie de sa population.
 
« Mettre l’accent sur la citoyenneté est un bon moyen de lutter contre la délinquance. »
 
Je suis un acteur de terrain, accompagnant les jeunes dans leur diversité vers une insertion sociale durable, les aidant à se sentir pleinement citoyens et à être conscients de leur potentiel. Oui, chaque jeune est capable, même si certains nécessitent un accompagnement plus conséquent. Bien sûr, il y a des cas particuliers, qu’il faut aussi accompagner car c’est le devoir de la République de ne mettre personne en marge de la société.
 
Mettre l’accent sur l’éducation et la citoyenneté, avec une politique lisible par tous et un réel travail de fond (et non uniquement de forme), serait un bon moyen de lutter contre la délinquance. Les prisons sont des écoles du crime. Que voulons-nous : plus de personnes à l’école du crime ou plus de personnes à l’université et dans les entreprises ?
 
Avons-nous connaissance du nombre de jeunes qui s’engagent pour la collectivité, en service civique ou autrement, du nombre de jeunes qui aspirent juste à gagner dignement leur vie ? Toutes ces personnes qui regardent avec tant de mépris cette jeunesse diversifiée savent elles que cette dernière représente la France de demain ?
 
Allons-nous continuer à condamner des générations à coup de stigmatisation, à faire en sorte que bon nombre de citoyens français soient bloqués dans leur évolution car ils doivent d’abord se défaire de leur étiquette de potentiel délinquant, criminel ou terroriste islamique ?
 
Nous devons stopper cette tendance xénophobe, homophobe, islamophobe. Cette facilité à généraliser et faire des raccourcis, à opposer les français entre eux. La République est une et indivisible. Que ces lignes résonnent alors dans les têtes de ceux qui ont pour réflexe le repli identitaire, les discours de 1930 du Front National ne sont en aucun cas porteurs d’espoir.
 
« Une manipulation à outrance des victimes »
 
Quelle légitimité ai-je pour prétendre répondre à La France Orange Mécanique ? Premièrement, je suis français, citoyen de plein droit (ennemi de l’intérieur pour ceux qui me regardent, me lisent et m’écoutent depuis la droite la plus extrême). Citoyen de plein droit mais aussi acteur de terrain, au contact de la population. La majorité silencieuse qui vit en parfaite harmonie dans sa diversité, j’ai eu la chance et le plaisir de la côtoyer.
 
Je suis inquiet de constater cette manipulation à outrance des victimes. Chaque fait divers fait l’objet de spéculations sur l’origine ethnique et les croyances du délinquant ou du criminel comme si cela avait une quelconque incidence sur l’atrocité du crime ou du délit.
 
Prenons juste l'exemple de Jéremie, ce jeune homme tragiquement décédé à Marseille suite à une agression à l’arme blanche par un déséquilibré. Je comprends et partage l’émotion que suscite ce drame, mais nous devons à Jeremie et à ses proches un respect total de sa mémoire. Cela commence par ne pas transformer la réalité de ce drame à dessein ! Oui, il s’agit d’un déséquilibré. Non, il ne l’a pas agressé pour lui voler son téléphone portable (son mobile a été retrouvé dans ses affaires). Certes, le déséquilibré s’appelle Ali mais serait-il plus ou moins fou si son prénom était Pierre, Mamadou ou Jacques ?
 
« Il s’agit surtout de faire le bon diagnostic.  »
 
Il faut vraiment pouvoir réfléchir sur ce problème en dépassionnant les débats. C’est l’intérêt de tous. Se pencher sur l’origine d’un problème, le comprendre pour mieux le combattre ne veut pas dire être laxiste. Il s’agit surtout de faire un bon diagnostic, on ne soigne pas un cancer avec un traitement contre la tuberculose.
 
Que recherche-t-on ? Que recherche Laurent Obertone si ce n’est focaliser la haine sur l’étranger. Cette grosse revue de presse orange agrémentée de commentaires orientés à dessein doit-elle devenir une base de travail pour les personnes s’interrogeant sur l’évolution de notre société ? Laissons ça au Front National, qui fait de l’étranger son obsession.
 
Malgré la véracité des faits décrits dans son livre, je n’accorde aucun crédit à cet auteur anonyme. J’ose aujourd’hui proposer une autre vision, pragmatique ouverte sur le monde et une analyse objective de la situation, au moins au niveau des valeurs. Je propose La France multicolore mécanique, libre à chacun de se faire son opinion.
 
Je ne vais pas développer ici les détails de mon livre, j’invite les intéressés à le lire attentivement, en attendant les futures conférences citoyennes qui seront organisées dans nos villes avec pour objectif l’acceptation de cette France multicolore, consciente et fière de bénéficier des apports de la diversité, ces mêmes apports qui ne sont malheureusement pas assez mis en avant.

Le Vériteur

Photo du Vériteur

WEZET-JOHN Yannick

Auteur de l'essai "La France Multicolore Mécanique", paru Editions Mélibée
X

Partagez ma Vérité sur :

Restez informé :