Toutes les Vérités > En grève de la faim pour la fin du projet d'aéroport de Notre Dame (2)

En grève de la faim pour la fin du projet d'aéroport de Notre Dame (2)

Publiée le 13/05/2012 |
6120 | 6
Révélée par THEBAULT Sylvie |
Soutenir

Restez informé !

Recevez quotidiennement
les nouvelles actualités
par e-mail.

Photo de la Vérité
Suite et fin de l'affaire

Fin de la grève…de la raison ! 8 mai 2012, une date qui fait date dans l’histoire de la lutte contre le projet d’aéroport de Notre Dame des Landes. Le 11 avril débutait une grève de la faim pour demander l’arrêt des expropriations tant que les recours n’étaient pas jugés. Le silence des collectivités locales fut long : 2 semaines avant une première lettre.

Depuis, le contact se maintenait même s’il ne nous accordait pas satisfaction ; jusqu’à aujourd’hui… Avec la visite d’Alain Gralepois (secrétaire fédéral PS 44) ce matin aux grévistes, le climat s’est détendu et les relations humaines ont remplacé les communications par voie de presse jusqu’alors en vigueur. Après des heures de tractation entre une délégation et Alain Gralepois et les directeurs de cabinet des collectivités locales (Nantes, conseil général, conseil régional), un accord est finalement trouvé : « pas d’expulsions des agriculteurs et des habitants ayant un titre à la date de la déclaration d’utilité publique (09/02/2008) et n’ayant pas signé de négociation amiable avec l’expropriant A.G.O. (aéroport du grand ouest). » Square Daviais, l’accord est validé par les grévistes. Il est temps ! Nos grévistes et l’équipe de soutien sont épuisés mais radieux du résultat…

Tout ce temps, tout ce temps pour que nos élus entendent raison. Pour nous, ce n’est qu’une première étape qui nous laisse au moins 2 ans de sérénité. 2 années pour faire tomber ce projet : nous sommes très confiants compte tenu de la dynamique actuelle de l’ensemble des opposants depuis le 11 avril. Nous avons gagné deux ans (peut-être au-delà... et rien n'est fait pour l'instant sur la compensation des zones humides), dans une stratégie constante, assumée, où nous essayons de retarder le plus possible ce projet. Nous sommes convaincus qu'il deviendra de plus en plus difficile à réaliser car il apparaîtra de plus en plus fou dans le contexte de crise financière, écologique, climatique qui est le nôtre actuellement. Nous vivrons son abandon, et celui d'autres grands projets inutiles imposés. Il aura fallu 15 jours pour que les élus des collectivités territoriales écrivent au grévistes pour les assurer qu'ils partagent nos valeurs (!), les priant de ne pas mettre leur santé en péril, 27 jours pour que le secrétaire fédéral du PS44 se déplace square Daviais au campement des grévistes... Leurs discours compassionnels, leurs affirmations sur leur « sens du dialogue » ne peuvent nous faire illusion, et Jacques Auxiette, président PS de la région Pays de Loire vend la mèche sur ses intentions en exprimant tout son mépris des opposants: « nous avons fait un geste réel concernant le traitement humain de l'étape délicate des expulsions, étape ultime des expropriations légales. Mais passés les quelques recours engagés, la construction de l'aéroport se poursuivra ». Qu'il le croie !

Citoyens responsables, nous surveillerons nos élus, présents et futurs. Dans chaque réunion électorale pré-législative, partout en France des militants interpelleront les candidats sur le projet d'aéroport. La lutte continue ! Tous, grévistes ou soutiens, avons vécu un mois inoubliable, quelque chose d'inouï dans une vie militante...

En buvant le bouillon de la rupture du jeûne, les grévistes ont souligné la qualité du soutien qu’ils ont reçu chaque jour et le climat d’affection et de solidarité qui a régné en permanence. « Nous pouvons tous (grévistes et soutiens) nous regarder dans le miroir et même nous sourire tellement nous sommes fiers de nous…».

Nous tenons à redire merci à tous. On ne lâche rien… De Marcel et Sylvie, paysans à Notre Dame des Landes

Le Vériteur

Photo du Vériteur

THEBAULT Sylvie

Installés depuis 13 ans sur une exploitation laitière à Notre Dame des Landes, nous sommes menacés d'expropriation en raison d'un pseudo projet d'utilité publique, le transfert de l'aéroport de nantes. Nous tenons un blog relatant notre action : http//:parolesdecampagne.blogspot.com Pour vous...
X

Partagez ma Vérité sur :

Restez informé :