Toutes les Vérités > Le Plessis-Pâté : 4 000 habitants et pas de médecin

Le Plessis-Pâté : 4 000 habitants et pas de médecin

Publiée le 19/11/2013 |
5733 | Réagir
Révélée par TANGUY Sylvain |
Soutenir

Restez informé !

Recevez quotidiennement
les nouvelles actualités
par e-mail.

Photo de la Vérité
Alors que nous avons enfin trouvé un médecin généraliste pour exercer au Plessis-Pâté, dans l'Essonne, le Conseil de l’Ordre refuse son installation.
Depuis presque un an, notre commune n’abrite plus de médecin. Le Plessis-Pâté a en effet vu le départ en retraite de son seul généraliste en décembre 2012. Après plus d’une année de recherches, notamment dans la presse spécialisée et sur Internet, un médecin s’est manifesté. Le docteur Lies Baba Ali exerce déjà en cabinet dans une commune de l’Essonne mais pas à temps plein, il souhaite donc compléter son activité en s’installant à temps partiel sur notre commune. L’ouverture d’un cabinet secondaire nécessite dès lors l’approbation du Conseil de l’Ordre des Médecins du département.
 
Or, contre toute attente, le Conseil de l’Ordre des Médecins de l’Essonne a refusé son installation. Il justifie sa décision en indiquant que « les besoins de la population sont satisfaits » et que « la qualité, la sécurité et la continuité des soins ne peuvent être assurés de manière satisfaisante ». Le Conseil de l’Ordre explique également que ses gardes en régulation SAMU et en maison médicale occupent déjà assez Lies Baba Ali.
 
Une profonde inégalité territoriale en matière d’accès aux soins
 
Mais il ne se passe pas une journée sans qu’un de nos concitoyens me demande, inquiet, où est le remplaçant du médecin. D’autant que les professionnels qui travaillent dans les villes voisines sont débordés et ne peuvent pas recevoir tous nos malades. Or, plus le temps passe et plus la venue d’un médecin au Plessis-Pâté sera compromise.
 
Notre secteur compte quatre médecins pour environ 10 000 habitants (alors que la moyenne départementale est de 8,7) et notre ville de 4 000 habitants se retrouve sans aucun médecin. Cette décision du Conseil de l’Ordre contribue donc à créer une profonde inégalité territoriale en matière de santé et d’accès aux soins.
 
Une forte mobilisation de la mairie et de la population plesséiennes
 
Nous refusons donc cette réponse du Conseil de l’Ordre. En tant que maire de la commune du Plessis-Pâté, j’ai décidé d’occuper le local médical pendant plusieurs jours afin d’alerter l’opinion publique sur notre situation. Une pétition déposée à la pharmacie de la ville a recueilli 1575 signatures : elle démontre la forte attente des Plesséiens sur ce sujet.
 
Ce document a été remis à l’ARS (Agence Régionale de Santé) et au Conseil National de l’Ordre des Médecins où un recours a été engagé par le médecin postulant. J’ai aujourd’hui bon espoir que cette action soit entendue car l’ARS m’a assuré de son total soutien. Aujourd’hui, la mobilisation de la population plesséienne reste sans faille et je la remercie.
X

Partagez ma Vérité sur :

Restez informé :