Toutes les Vérités > En haut de la Cathédrale d'Orléans pour revoir mes fils

En haut de la Cathédrale d'Orléans pour revoir mes fils

Thème : Justice, Enfance
Publiée le 17/04/2013 |
16517 | 7 |
Révélée par JOLY Stéphane |
26

Restez informé !

Recevez quotidiennement
les nouvelles actualités
par e-mail.

Réagissez !

Pour réagir, vous pouvez :
S'inscrire ou réagir directement
Un espace de parole libre est disponible sur le forum, pour y accéder cliquez ici.

Les réactions(7 réactions)

valencia Le 01/03/2018 à 17:34 | #8
Témoignage de rupture amoureux

Bonjour tout le monde
Je m'appelle Valencia, je n'ai jamais cessé de le remercie le maître ALIMEDIUM qui m'a rendu très heureuse après 2 ans de divorce avec mon mari et pour lui faire encore plus j'ai décidé en ce jour de témoigner en sa faveur pour que les personnes qui sont dans des situations difficiles comprennent qu'il existe de vrais Medium. Je luttais juste à cause de mes enfants, un jour une amie m'a conseillé de contacter le maître Ali-Medium, que j'ai contacté sans plus tardé, j'ai insisté, je lui ai expliqué mon cas, et ce monsieur dit : je travaille pour toi et je te donne 7 jours ton mari reviendra dans ta vie. Après avoir faire les nécessaires, j'ai débuté les 7 rituels de retour affectif de mon mari, mon mari m'appelle le septième jours en me demandant si j'étais à la maison qui serait de passage voir ses enfants le lendemain matin, cela m'a vraiment étonné, je lui ai dit oui, alors le lendemain des sons arrivé, il était venu avec des fleurs pour s'excuser auprès de ses enfants et me demander aussi pardon pour ses erreurs, c'était un miracle pour moi, j'avais les larmes aux yeux depuis ce jour tout est rentré dans l'ordre et a présent nous somme soudée plus que jamais. Je vous laisse ses coordonnées. Voici ses CONTACTS
Tel/whatsapp: +229 97 86 96 51
tel: 00229 97 86 96 51
Email: alimedium01@gmail.com
Email: sauveur.alimedium@gmail.com
Contacter le a tout moment, il vous aidera dans beaucoup de domaines (Amour, Argent, Travail, Chance, Affaire).
Bonne chance à vous
Bruno Le 04/09/2014 à 13:47 | #7
Madame ou Monsieur, le procureur général de la cour pénale internationale. Référence OTP-CR6 1XX/XX

Et pourquoi relever le caractère d'urgence de cette idéologie des génocidaires sociaux ou institutionnels, car pour mon Fils qui est porteur du syndrome de Smith Magenis nous ne connaissons pas ces espoirs de vie , il a deja perdu un oncle du coté parentelle, sans pourvoir jamais le revoir depuis que la France le prive de ses droits d'homme, mais il doit continuer lui aussi a subir une soumission a l'autorité judiciaire en raison de son handicap mental...

Nous savons bien que dans l'esprit des génocidaires sociaux ou institutionnels , l'extermination n'est pas physique mais psychique et psychologique et bien fondée sur l'idée de différenciation entre leur propre groupe ( soumissions a l'autorité judiciaire et administrative ) qu'ils considèrent comme « supérieure » et les autres groupes (institutions familiales, famille paternelle) qu'ils considèrent comme « inférieures » et/ou « indésirables »,

Je vous prie d'agréer, Madame ou Monsieur le Procureur Général.., l’expression de ma respectueuse considération
marounit Le 24/11/2013 à 00:51 | #6
Que penser de cette justice qui balaie d'un revers de main, d'un coup de machine à écrire, toute une vie? Que vont devenir ces enfants, qui entrent dans la vie en voyant leurs droits (entre autres celui de voir leur père autant que leur mère) bafoués par la justice, par ce service public qui a le pouvoir de rayer des vies.
A l'heure de l'égalité homme-femme, que tous défendons , à l'heure où des femmes politiques revendiquent paradoxalement à la fois leur appartenance à la principale force politique progressiste de France et leur attachement aux valeurs et traditions familiales, à l'heure où la République s'est dotée depuis 2002 d'un formidable outils d'égalité homme-femme en droit des affaires familiales (je ne vous fait pas l'injure de vous rappeler la loi "Ségolène Royal" sur la résidence alternée) en plus de la recommandation passée au Sénat le 16 septembre 2013 , à l'heure de l'ouverture d'esprit, de l'écoute des enfants, du bon sens, medames les juges choisissent le conservatisme, la "tradition" professionnelle, je n'ose dire une certaine forme de solidarité et choisissent de fixer "la résidence de l’enfant chez la mère"...
ICI Le 20/11/2013 à 19:28 | #5
C'est tout simplement triste ! il faut réagir et donner des alternative a ce système juridique familiale !
DUBOIS Valérie (Vériteur) Le 06/09/2013 à 02:15 | #4
Bonjour,

Orléans, privation d'enfants, je m'y colle ...

Voici mon histoire et celle de mes enfants à partager sans modération : http://www.maveritesur.com/valerie-dubois/victime-d-un-internement-abusif-je-me-bats-pour-mes-enfants/555

Le communiqué de presse concernant mon affaire : http://psychiatrie.crpa.asso.fr/2013-01-22-cm-crpa-De-l-internement-abusif-en-tant-que-violation-des-droits-de-l-homme-des-conflits-conjugaux-et-des

L'article du journal Le Monde concernant mon affaire : http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/06/12/le-caractere-abusif-d-un-internement-psychiatrique-devant-la-justice_3429008_3224.html

L'article concernant les internements abusifs : http://comitecedif.wordpress.com/2013/07/13/larme-de-linternement/

Et un cas similaire qui prouve que ma situation n’est pas un cas isolé, sans précédent : http://www.mensongepsy.com/doc/interner.pdf

Bien à nous,
Maneo22 (membre) Le 27/04/2013 à 12:12 | #2
La justice française est malheureusement restée au 20e siècle et pense que les hommes ne sont pas capables de d'occuper de leurs enfants.
Les femmes sont dans une telle position de force aujourd'hui qu'elles peuvent se permettre des pires manipulations et actes. Elles se servent mêmes de leurs enfants pour nous faire du mal.
Il n'y a rien à espérer de ce gouvernement qui ne pense qu'au droit des femmes. Il n'y a qu'à entendre cette ministre des femmes Belkacem.
Courage messieurs et continuez à vous battre pour vos enfants. Moi j'ai décidé de sacrifier ma vie privée pour mes enfants.
Plume Le 17/04/2013 à 12:07 | #1
Je vis une situation un peu similaire à la vôtre, encore que moins tragique.
Le père de ma fille était marié lorsque nous nous sommes rencontrés. Notre liaison a duré 8 ans, et une fille est née. Il a daigné la reconnaître au bout de 6 mois, et deux mois après a "consenti" à lui donner son nom, à condition que nous partagions l'autorité parentale. Je l'aimais, j'ai accepté.
Après, il n'a cessé de manœuvrer pour obtenir de plus en plus de droits de garde et de visite (bien plus que n'aurait obtenu un parent divorcé ou séparé). Ma fille vivait avec moi en semaine, mais ses week-end à lui commençaient le vendredi midi et se terminaient le lundi midi (donc environ 3 sur 5). J'ai craqué quand il a voulu demander la garde alternée, et il en a profité pour obtenir la garde PURE ET SIMPLE, pendant un an, sans droit de visite ni d'hébergement ni de contact téléphonique, tout au plus étais-je "autorisée" à écrire à ma fille, sans aucune certitude que le courrier lui soit transmis.
Au bout d'un an, j'ai eu droit moi aussi aux visites médiatisées... avant que l'on ne m'accorde le droit de recevoir ma fille à la maison, là aussi à doses homéopathiques. Dois-je préciser qu'elle a donc été "élevée" à partir de l'âge de 11 ans par l'épouse légitime de son père, qui tout aussi légitimement me déteste?
Ma fille a 17 ans, elle demeure toujours chez son père qui a de plus trouver moyen d'élargir la distance géographique entre nous (passant de 35 à 400 km). Elle revient à la maison pour les vacances scolaires, mais le lien a été très difficile à rétablir, et en toute hypothèse ce n'est pas comme avant.
Il faut que vous vous battiez pour revoir vos enfants, ou du moins pour garder un contact avec eux, fut-il ténu. Vous permet-on de leur envoyer une carte et un cadeau pour Noël et les anniversaires? Ecrivez-leur, montrez-leur que vous êtes là, que vous les aimez. Si leur mère ne leur donne pas vos lettres, et si vous arrivez à le prouver (ne serait-ce que par le recommandé avec AR) vous aurez des preuves à montrer à montrer à la justice, voire à vos fils plus tard (mais je vous souhaite de ne pas devoir attendre jusqu'à leur majorité).
Bon courage à vous.
X

Partagez ma Vérité sur :

Restez informé :