Toutes les Vérités > Notre combat pour nos enfants autistes

Notre combat pour nos enfants autistes

Publiée le 22/06/2012 |
10983 | 7
Révélée par DUVAL Meryem |
Soutenir

Restez informé !

Recevez quotidiennement
les nouvelles actualités
par e-mail.

Photo de la Vérité
Lorsque le quotidien devient un enfer: l'histoire de notre vie

Depuis septembre 2011, notre vie au quotidien est devenue un enfer. A la rentrée, les instituteurs m’ont dit que mes jumeaux de quatre ans avaient des difficultés à s’intégrer en classe et plus généralement, dans leur environnement scolaire. Le centre médico-psychopédagogique (CMP) a conclu qu’ils étaient peut-être autistes. Mes deux jumeaux, Samy et Yanis ont alors quitté leur école de Marcq-en-Baroeul (Nord) et nous multiplions, mon mari et moi, les rendez-vous chez le pédopsychiatre, le psychomotricien, l’orthophoniste etc… Jean-Luc, mon mari, qui s’occupe des garçons depuis leur naissance n’arrive pas à gérer seul les consultations médicales. Cela lui prend du temps, absorbe une grande partie de son énergie et il commence à avoir de plus en plus de mal à suivre la cadence. Un jour, une enquête sociale a été ouverte pour « défaut de soins ».

Notre avenir professionnel a alors été mis entre parenthèse. En effet, pour m’occuper de nos enfants, j’ai quitté mon emploi de serveuse le 1er Septembre 2011 avant de reprendre un emploi pour deux mois en Décembre et Janvier 2012 afin de ne pas sombrer financièrement. C’est donc à ce moment là que l’enquête a débuté car nous ne pouvions plus nous rendre aux rendez-vous pour nos enfants. Cela m’a obligé à suspendre mon activité à nouveau. A ce moment là, j’ai contacté Pôle Emploi afin de savoir quelles aides nous sont accessibles dans cette délicate situation. Après quatre préinscriptions erronées et un rendez-vous avec un conseiller le 7 mai 2012, j’ai reçu un courrier déclarant:

« Nous ne pouvons pas vous inscrire comme demandeuse d’emploi car vous ne pouvez pas accepter un travail au vue (sic !) de la situation de vos deux enfants ». Mon mari à jugé immédiatement cette réponse comme une consternante discrimination et ne comprend toujours pas qu’on puisse juger que je n’ai pas d’avenir professionnel à cause de nos enfants.

Comme j’ai démissionné, je ne perçois aucune allocation chômage et sans ce statut de demandeuse d’emploi, je ne peux pas bénéficier de mes droits au terme du délai de carence prévu. C’est un cercle vicieux incompréhensible et une tourmente aussi bien professionnelle que familiale qui s’insinue peu à peu dans nos vies. Pôle emploi, contacté par le quotidien gratuit « Metro », estime que « Madame Duval et le conseiller ont une interprétation différente du résultat de l’entretien » et admet que « la situation est compliquée ». Ils ont bien évidemment omis de notifier que le responsable de Pôle Emploi a tenté de maquiller mon dossier en modifiant à mon insu les informations de ce dossier dès sa sortie de son bureau, sans se douter qu’un courrier automatique nous serait envoyé.

Aujourd’hui, nous avons vendu la quasi-totalité de nos biens ayant encore de la valeur et seule reste notre télévision qui ne va pas tarder à suivre. Financièrement, nous sommes à bout, ruinés et nous ne voyons pas comment la situation pourrait changer. De plus, la procédure d’obtention d’allocations pour nos jumeaux handicapés est très longue. En attendant, il faut que j’achète à manger, que je paie les couches des jumeaux ainsi que toutes les choses dont deux enfants ont besoin mais également tous les trajets pour les multiples rendez-vous médicaux. J’ai également vendu toutes nos affaires personnelles. Nous avons emprunté de l’argent à nos amis mais comme nous n’avons pas pu payer notre loyer, la banque a saisi la totalité de notre RSA (Revenu insaisissable), soit l’intégralité de nos revenus, le 4 Mai 2012. Suite à cela, nous nous sommes rendus à la Caisse d’Epargne, qui a simplement appelé la police. Nous nous sommes fait purement et simplement jeter dehors ! Nous avons donc commencé le mois de Mai sans argent. C’est un réel cauchemar !

Par ailleurs, en ce qui concerne les aides que nous percevons pour survivre, L’UTPAS et M. Zéphir qui s’occupe de nous, a refusé de nous aider estimant que notre situation était tout simplement de notre faute !!! Nous avons donc survécu grâce à l’aide de l’assistante sociale de la CMP, le CCAS et l’association St Vincent de Paul. Et pour clore ce cauchemar, la famille de mon mari ne nous a jamais aidé, ni soutenu. Ils ne rendent jamais visite aux enfants non plus car ils les considèrent comme, je les cite,  » des bâtards » pour la simple raison que mon mari est français et que je suis marocaine… !!!

Ma propre famille nous a soutenus moralement mais elle vit au Maroc. Ils n’ont donc jamais eu l’occasion de voir les enfants car financièrement, nous n’avons jamais eu les moyens d’y aller.

Depuis peu, je travaille le soir comme réceptionniste dans un hôtel. Samy et Yanis seront accueillis en hôpital de jour en septembre 2012. C’est une toute petite lueur d’espoir pour nous. Malgré tout, nous poursuivons notre combat. J’ai déposé un recours auprès du Défenseur des droits et j’envisage très sérieusement de porter plainte contre Pôle Emploi qui nous a plongé dans cette situation catastrophique. C’est presque de la « non-assistance à personne en danger… ». J’espère que l’avenir sera fait de jours meilleurs mais pour l’instant, nous tentons simplement de continuer à vivre décemment et nous lançons un appel à tous ceux qui pourraient nous aider et nous soutenir dans notre combat pour la vie de nos enfants.

A ce jour, nous avons enfin pu ouvrir un compte bancaire, nous avons eu beaucoup de retour de gens solidaires qui nous ont écrit. Le maire de Marcq En Baroeul nous soutient également, tout comme l’association St Vincent de Paul. Nous avons décidé de poursuivre Pôle Emploi par l’intermédiaire du « Défenseur des droits ». Si nous n’obtenons pas gain de cause, un procès suivra. Nous allons également poursuivre la banque au tribunal, pour leur saisie illégale et obtenir le remboursement des frais conséquents qui ont été prélevés dans l’illégalité la plus complète.

Une pétition est en cours dont voici le lien : http://www.mesopinions.com/petition/droits-homme/soutien-meryem-maman-enfants-autiste-victime/6979

Le Vériteur

Photo du Vériteur

DUVAL Meryem

Nous sommes un couple normal qui est bloqué dans une situation anormale et complètement injuste. Nous avons deux jumeaux autistes dont nous devons nous occuper au quotidien et nous sommes victimes de discrimination de la part de Pôle Emploi.
X

Partagez ma Vérité sur :

Restez informé :