Toutes les Vérités > Maternités : un scandale peut en cacher un autre

Maternités : un scandale peut en cacher un autre

Thème : Santé, Enfance, Scandale
Publiée le 14/02/2013 |
7881 | 3
Révélée par Prévention Maternité |
2

Restez informé !

Recevez quotidiennement
les nouvelles actualités
par e-mail.

Photo de la Vérité
Les maternités ne sont plus si sûres. Outre la récente polémique de Port-Royal, des échanges de bracelets d'enfants inquiètent les établissements du Nord.
La maternité est devenue un de ces lieux que l'on croyait sûrs et qui, pourtant, sont plus vulnérables qu'on ne le pense. Le président de l'Association des médecins urgentistes de France (Amuf), Patrick Pelloux, vient de réclamer une enquête parlementaire après le drame de la maternité de Port-Royal où une femme a perdu son enfant in utero après avoir été renvoyée chez elle. Mais d'autres faits, encore plus graves, demeurent occultés. Selon nos informations, de mystérieux échanges de bracelets d'identification ont été détectés dans la maternité d'une clinique privée du Nord.

Un milieu fermé, des secrets bien gardés

Aurélie*, jeune sage-femme dans l'établissement concerné, a été témoin de faits aussi étonnants qu'inquiétants. Elle a observé plusieurs cas troublants ces derniers mois : deux couples nous ont fait part de leurs doutes : ils étaient persuadés qu'on leur avait enlevé leur enfant pour l'échanger contre un autre, juste après l'accouchement, raconte-t-elle. On a d'abord cru à une simple erreur, voire à une blague, explique Geneviève, sa collègue. Des bruits de couloir devenus secrets de polichinelle.

Je suis enceinte de quatre mois et mon beau-frère qui travaille dans une maternité dans le nord m'a fait part de ses doutes : un individu aurait été aperçu en train d'échanger les bracelets de maternité des enfants, nous confie Valentine, qui doit accoucher d'ici deux mois et demi. Très apeurée, et consciente des problèmes actuels de sous-effectif rencontrés par les établissements, elle s'inquiète pour la suite des évènements : je dois avouer que ça me fait très peur, d'autant plus qu'il y une omerta autour de ces informations et on ne peut pas vraiment savoir si c'est vrai. Mais en attendant, je suis terrifiée !, raconte-t-elle, les mains tremblantes et le regard vide. Son beau-frère doit il prévenir les autorités sans preuve formelle ? Là, l'histoire se complique.

Cette question s'est posée lors de notre enquête : les témoignages sont concordants, mais les preuves n'abondent pas. Une chose est sûre : la maternité concernée ferait taire les plaignants à coups de chèques et de cadeaux. Selon des sources officielles, une enquête serait en cours mais la discrétion doit s'imposer. A ce jour, deux couples ont obtenu environ 20 000 euros à titre de dédomagement, selon un membre de la direction, relevés de comptes à l'appui. Un journaliste de la presse locale nous a confimé que sa direction s'opposait à toute publication de l'affaire sur ordre du préfet. Les preuves sont là, mais nous ne pourrons les rendre publiques qu'à partir du moment où l'affaire sera résolue, nous a-t-il affirmé.

Même dans une maternité, on ne peut plus se sentir en sécurité !

Des tests ADN ont été réalisés, confirmant cette thèse. Les bracelets d'identification, placés au poignet du nouveau-né pour les reconnaître, auraient bien été intervertis avant que les bébés ne rejoignent leurs mères. Dans ces locaux cossus, à la douce luminosité beaucoup plus tranquille que les histoires qui s'y trament, la vérité semble poussée dans l'ombre. L'ombre d'une direction qui étouffe l'affaire d'une main de maître. Alors qu'un infirmier décrit d'étranges allées et venues d'un homme, brun, plutôt grand et trapu, une mère nous interpelle : mon fils avait un petit grain de beauté sur la jambe à sa naissance : comment expliquez-vous qu'il ne l'ait plus maintenant ? Même dans une maternité, on ne peut plus se sentir en sécurité !, s'exclame-t-elle.

Un système vulnérable

Mais, après tout, quoi de plus facile que de se procurer des bracelets d'identification ? Quelques clics sur le Web, une poignée d'euros en main, et le tour est joué : une boîte de ces précieux bracelets vous tend les bras. Les maternités, surchargées, sont devenues de véritables moulins à vent où l'on rentre et l'on sort avec une facilité déconcertante. Ces fameux bracelets sont peut-être inviolables, comme l'indique la marque qui les vend, mais il suffit de couper l'original puis de le remplacer par un faux et le tour est joué. Et quand bien même, les habitués des festivals en tous genres qui utilisent ce même système savent qu'avec un peu d'huile ou même de savon ils peuvent êtres ouverts sans détérioration.

Le centre hospitalier Emile-Mayrisch de Esch-sur-Alzette (Luxembourg) a dernièrement pris ses dispositions en proposant aux jeunes mamans d'équiper leurs nouveaux nés de systèmes d'alarme. Un équipement qui rassure, dans des maternités en pleine crise de confiance. Preuve que l'insécurité est désormais palpable.

*Les prénoms ont été modifiés dans le cadre de la protection des sources

Le Vériteur

Photo du Vériteur

Prévention Maternité

"Prévention Maternité" est une association qui commente et transmet les actualités et dispense des conseils pour parents et futurs parents : comment préparer au mieux la maternité ? Twitter : @PrevMaternite
X

Partagez ma Vérité sur :

Restez informé :