Toutes les Vérités > Mon combat contre l'alcoolisme... Levons enfin les tabous !

Mon combat contre l'alcoolisme... Levons enfin les tabous !

Publiée le 28/09/2012 |
112218 | 90 |
Révélée par COTTET Laurence |
65

Restez informé !

Recevez quotidiennement
les nouvelles actualités
par e-mail.

Réagissez !

Pour réagir, vous pouvez :
S'inscrire ou réagir directement
Un espace de parole libre est disponible sur le forum, pour y accéder cliquez ici.

Les réactions(90 réactions)

7Janvier (membre) Le 13/11/2012 à 10:49 | #20
1_ J'ai écris ci dessous que je ne viendrais plus sur ce site de contre vérités. Un message mail m'a indiqué qu'il y avait des réponses à mes propos.
2_ Constance et Guillaume prétendent que je serais un individu qui tenterait de masquer ses propos en écrivant sous aucun pseudo avec uniquement la mention (vériteur) ce que je ne suis pas et un logo féminin ce que je ne suis pas non plus. Je ne peux en aucun cas être tenu pour responsable de ce qui n'est pas de mon fait. Pour écrire, il faut être connecté avec son mail et son pseudo. Ce n'est qu'après envoi du texte qu'apparait cette anomalie dont la responsabilité est l'informatique de ce site. Vous insinuez à tort contre moi sur ce fait.
3_Que Madame Constance LARSEN ait écrit un roman sur l'alcoolisme mondain et qu'elle dise qu'elle y a inséré (c'est un roman) son propre vécu sur ce sujet, n'est pas du tout le fait de ma réaction. c'est son droit de le faire.
4_ Ma réaction porte sur l'invite. "L'alcool mondain... Il faut en perler" Bon déjà, c'est une contre vérité l'alcoolisme est une maladie qui touche toutes les catégories sociales. Pourquoi l'alcoolisme mondain serait à en parler plus qu'une autre catégorie sociale? C'est une forme soit de discrimination envers les autres classes sociales, soit de vouloir paraitre plus que d'autres. Ensuite, il est dit que c'est le fait d'une homosexualité mal acceptée qui serait à l'origine de l'alcoolisme. Que l'auteure du roman soit par malchance aussi touchée par l'homosexualité c'est dommage pour elle mais elle n'a pas droit à dire une contre vérité que ce serait la cause de l'alcoolisme qui est une maladie et en rien une tare quelconque. De même que l'homosexualité n'est en rien de la responsabilité des personnes qui génétiquement sont orientés à aimer les personnes du même sexe. Ce n'est même pas la faute des concepteurs qui n'ont aucune maitrise sur le déroulement de la conception. C'est ainsi et il est normal de respecter ces différences. Homosexualité et alcoolisme sont deux choses qui n'ont rien en commun.
5_Vos commentaires partisans restent des commentaires partisans. Pour autant, les contrevérités sont des contrevérités et vos éloges sur la personne dont vous avez peut être raison d'en faire. Moi, je ne la connais pas restent des éloges sur la personne. Ce qui ne vous donne pas droit à me critique en tant que personne. J'ai émis une critique envers l'auteure justifiée par sa réponse à un autre commentateur.
TERRIEN Guillaume (Vériteur) Le 13/11/2012 à 09:20 | #19
Je ne voulais pas entrer dans le débat sur l'alcoolisme mais certains commentaires m'exaspèrent sincèrement. A commencer par ce fameux 7 Janvier qui, en plus d'avoir la courtoisie de diffamer sur l'auteur, se permet le luxe de le faire en étant anonyme. Bravo, belle leçon de franchise! Madame Larsen souhaite simplement ouvrir le débat à travers ce livre et non pas se placer en tant que spécialiste de l'alcoolisme, prétendre le contraire serait stupide. Par ailleurs, elle raconte son expérience personnelle, qui est propre à elle-même et qui semble avoir une cause - comme c'est souvent le cas - personnelle, en l'occurence l'homosexualité. Elle ne s'est à aucun moment posée en médecin, ni même en donneuse de leçon puisqu'elle est la première à savoir à quel point il est difficile de rester sobre et que la lecture d'un livre ne suffit pas à régler cette maladie. Cependant, de par son expression, elle nous livre un témoignage intéressant, plein de vie et qui semble honnête, chose que peu d'anciens alcooliques sont capables de faire. C'est bien d'en parler, c'est bien de débattre mais il est encore mieux d'assumer ses propos en sortant de l'anonymat et en parlant de son expérience personnelle. De plus, il ne me semble pas que ce site s'appelle "La vérité sur..." mais "ma Vérité sur..." ! Il paraîtrait donc que les auteurs - courageux puisqu'ils osent s'exprimer à visage découvert - puissent y raconter leur propre expérience d'un fait et non en faire une règle générale. Ce site est un outil de soutien pour les gens qui ont des problèmes ainsi qu'un lieu d'échange, de discussion et de partage. Ne venez pas tout gâcher avec des commentaires anonymes de bas étage ...
COTTET Laurence (Vériteur) Le 13/11/2012 à 08:24 | #18
Bonjour et merci pour les soutiens de sympathie. Je voudrai juste préciser que certains messages apparaissent avec une icone photo-anonyme et la précision "vériteur".
Ce n'est pas moi bien sûr qui m'exprime dans ce cas. Lorsque je le fais, c'est avec ma ploto,
comme ce petit message.
Bien à vous
carloti (membre) Le 13/11/2012 à 07:12 | #17
Bonjour, et merci à Siroco. Je radote donc!!! Puisque l'on veut insiter sur les témoignages de l'auteure sur RMC et Europe 1, relevons que les journalistes sont fortement intéressés par le propos de Constance. Il lui demande d'expliquer cette maladie, ils la retiennent à l'antenne, ils ne l'interrompent pas (ce qui est un exploit avec JJ bourdin!). Elle le fait dans l'émotion mais la dignité aussi et termine sur une note d'espoir.
Constance, appliquez vous cette très belle denière pharse de votre livre "Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s'habitueront"
J' espère n'avoir pas trop radoté!!!
sirroco (membre) Le 12/11/2012 à 19:03 | #16
vous êtes-qui pour oser prétendre que l'auteure ne connait rien au problème de l'alcoolisme et de la façon de s'en sortir ? heureusement qu'il existe des "bouquinistes" qui publient autre chose que du Amélie B...ce livre respire la sincérité et le courage de se mettre à nu ,un vrai témoignage qui aidera certainement beaucoup de personnes à prendre conscience de leur problème ou à se sentir moins désemparé de n'être pas un cas isolé .Savoir que ce n'est pas une fatalité et que tout est possible , même d'en guérir .Ce livre est plein d'espoir , il vaut largement des séances en addictologie .
7Janvier (membre) Le 12/11/2012 à 17:26 | #15
Le pédigrée d'abord, ce n'est pas par ce qu'on passe à une chaine télé qu'on est du meilleur cru. La preuve, hier j'ai vu un reportage sur la famille Merha. j'ose espérer que les familles des victimes n'ont pas vu ce reportage qui privilégie l'apologie du crime au détriment des familles des victimes.
7Janvier (membre) Le 12/11/2012 à 17:18 | #14
Bonjour carloti, elle en a mis du temps à sortir du placard la réaction à mes propos. Vous me rappelez la bonne sœur qui avait "ses" pauvres et qui radotait: Pourtant, on lui a dit mille fois "Arrête de boire" Si vous aviez vraiment la recette miracle, ça se saurait. Chez les mondains on pense plus à la parade qu'aux vérités. Les Alcooliques anonymes que je respecte énormément ne sont pas à confondre avec les bouquinistes. Sur ce, je quitte ce site qui n'est braiment pas dans la vérité.
carloti (membre) Le 12/11/2012 à 08:51 | #13
Bonjour Constance. Je réagis aux précédents messages et j'ai lu votre livre. Votre vérité sur l'alcool, cette maladie dont on a honte, vous en témoignez avec une très grande sincérité, y compris à l'antenne (RMC et Europe 1. Vous brisez donc un tabou, un silence sur l'alcool qui touche de plus en plus de femmes en souffrance. Vous le faites mieux que n'importe que médecins et psy. et autres car vous l'avez vécu. C'est courageux et la préface du livre, écrite par une psychanaliste est très forte aussi.
Après, vous abordez une souffrance. La cause pour votre héroïne de son alcool. C'est très bien romancé et ouvre un autre débat, celui de la cause homosexuelle. C'est encore très courageux surtout dans une société où les mentalités doivent évoluer.
Voilà ce petit message de soutien pour vous. J'ai perdu, il y a 7 mois mon mari... de l'acool. J'ai, je crois tout essayé pour l'aider. Je l'accompagnais aux réunions ouvertes des AA. Là aussi, vous en parlez admirablement de "cette force supérieure".
Merci donc pour votre vérité et votre écriture très belle, très simple, très juste car vous témoignez avec votre coeur. Bonne
chance et encore merci.
Le 10/11/2012 à 18:53 | #12
Non madame, vous ne révélez pas la cause de votre alcoolisme. Tous ceux qui sont touchés ont une cause personnelle à invoquer mais ce n'est jamais vrai. L’alcoolisme n'est pas un délit. C'est par exemple de conduire sous l'emprise de l'alcool qui est un délit. Votre cause invoquée n'a rien à voir avec la maladie de l'alcool. Ce n'est pas de la faute aux homos si parfois, un petit défaut génétique fait que ce qui devrait normalement les conduire à aimer une personne de sexe opposé les fasse aimer une personne du même sexe. Les premiers fautifs seraient alors les parents qui n'ont pas conçu l'enfant en conformité avec la nature et les parents eux mêmes ne peuvent pas être tenus pour responsables d'un résultat dont ils n'ont aucun moyen de maîtrise entre le moment de conception et la naissance. Il n'y a donc personne à blâmer. Une personne est homo par ce c'est son état naturel à la naissance. Heureusement cet état ne fait pas de ces personnes des malades de l'alcool. L'alcoolisme ne vient que de la prise d'alcool pour le bien être que cela procure au départ. Les dépassements successifs des doses absorbées conduisent à l'accoutumance et de fait à la maladie. Tout motif invoqué n'est qu'un motif. Motif totalement inutile par ce qu'un malade de l'alcool n'a pas à se justifier de son état. Il a besoin d'aide pour arriver à surmonter sa maladie. Si un roman pouvait aider un malade à s'en sortir, ça se saurait dans les milieux médicaux. Les Alcooliques anonymes ont des permanences. Des personnes formées connaissent tous les rouages du parcours d'un malade. Il n'est pas nécessaire d'écrire un bouquin pour dire la vérité qui est "Soyez ce que vous êtes sans vous en soucier" Après, votre corps vous appartient à vous et à personne d'autre et il sera ce que vous en aurez fait en bien ou en mal selon votre témérité à vous briser les os ou à votre sagesse à le protéger.
Le 10/11/2012 à 17:53 | #11
Bonjour, comme vous le dites si bien, votre livre est un roman et rien d'autre. Que vous ayez été touchée par la maladie de l'alcool et que vous en soyez sortie est une chose. Ce n'est pas une raison pour dire des contre vérités et faire croire que votre livre est d'utilité publique et puisse aider qui que ce soit à s'en sortir. Il n'y a qu'une chose qui permette de ne plus boire, c'est la volonté réelle du malade à le vouloir et l'aide apportée par les professionnels soignants. Le soutien des alcooliques anonymes est un soutien moral mais en aucun cas une thérapie. Il est clair que vous faites la promotion de votre écriture uniquement par appât du gain et rien d'autre puisque vous ne dites pas la vérité. Ou avez vous trouvé qu'une personne sur 5 soit touchée par l'alcoolisme? Qu'il y ait une personne sur cinq qui soit concernée soit par ce qu'un proche est malade ou un(e) ami(e) ce n'est pas pareil. Le fait d'avoir un autre problème à surmonter n'est en aucun cas la raison de devenir malade de l'alcool. C'est comme chez tous les malades atteints, un motif pour se justifier comme si c'était quelque chose de répréhensible alors qu'il n'y a rien à justifier puisque c'est une maladie qui s'attrape par l'accoutumance et le travail naturel des neurotransmetteurs. Par contre que vous soyez abstinente depuis quatre ans mérite un coup de chapeau par ce que très peu arrivent à le faire. C'est la même chose pour la drogue et à moindre effet pour le tabac. Personnellement j'étais un grand fumeur. (près de deux paquets par jour) C'est à l'armée que j'ai commencé à fumer par ce que à l'époque, ils payaient la solde du soldat qui n'était que de quoi acheter une boite de cirage avec des cartouches de cigarettes dites de troupe. J'ai décidé d'arrêter un soir alors que je venais d'acheter une cartouche. Je n'ai jamais repris de cigarette depuis plus de 18 ans. Tout simplement par ce que mon épouse ne m'a jamais reproché de fumer mais je savais que cela créait une gène. Par amour pour elle et par respect envers ma compagne, j'ai décidé d'arrêter. Jamais au grand jamais je n'écrirais de livre prétendant que l'amour fait arrêter de fumer ou que s'il y a des fumeurs c'est à cause de l'armée. Bien que ce soit l'armée qui m'a fourni le nécessaire, si j'ai fumé c'est en premier par ce que j'ai bien voulu le faire et personne ne m'y a obligé. C'est pareil pour tous les produits qui conduisent à l'accoutumance. Le meilleur moyen d'arrêter c'est de ne jamais commencer à le faire.
Page 8 sur 9 «123456789»
X

Partagez ma Vérité sur :

Restez informé :