Toutes les Vérités > Site de rencontre : une arnaque aux sentiments de près de 4000 euros

Site de rencontre : une arnaque aux sentiments de près de 4000 euros

Publiée le 12/06/2015 |
8947 | 81
Révélée par DUPORT Jeanne |
Soutenir

Restez informé !

Recevez quotidiennement
les nouvelles actualités
par e-mail.

Photo de la Vérité
Je me suis faite arnaquer par un faux profil et des photos usurpées.

Je me suis inscrite sur un site de rencontre il y a environ un mois. Après divers contacts sans intérêt, un homme m'a écrit. Son message était différent des autres, très bien écrit et cela m'a poussée à lui répondre bien qu'il n'y ait pas de photos. Très vite, il m’a demandé mon adresse mail – il disait que c’était plus pratique pour se connaître – et nous avons continué à communiquer par ce biais.

 
Physiquement, il me plaisait. Il écrivait bien et m'a dit qu'il était avocat au barreau de Madrid, mais que, bientôt, il serait en retraite et voulait donc rencontrer quelqu'un de sérieux. Naturellement, il était veuf et sans enfants ! Il m’a ensuite donné son pseudo Skype. Pendant quinze jours, nous avons conversé chaque soir trois heures durant (sans caméra et sans micro, uniquement par écrit). Il m'a appelée une fois mais la ligne était brouillée, je n’ai pas bien entendu sa voix.
 
Des techniques pour me mettre en confiance
 
On se confiait plein de choses et on est tombés complètement amoureux l'un de l'autre – du moins, je le pensais. Il devait venir me rencontrer bientôt, une fois ses affaires bouclées. Il disait avoir sa maison à Nice, son appartement à Madrid et une maison à Rome lui venant de ses parents. Bref, tout était parfait !
 
A ce moment, j'avais vérifié son identité en cherchant « Franck Mercier avocat » sur Internet. J’étais tombée sur un site avec tous les associés et leurs CV. Il y avait un numéro de téléphone, de fax et des adresses mail dont la sienne, celle qu'il m'avait donnée. Je n'ai pas essayé d'appeler le numéro du cabinet d'avocats, lui faisant complètement confiance.
 
Le début de l’arnaque
 
Mais, alors qu'il bouclait son affaire, et devait venir me rejoindre pour, soi-disant, ne plus jamais me quitter, il me dit que l'ambassade de France l'avait appelé car son oncle, le seul membre de sa famille qui lui restait, était très mal. Cet oncle était au Burkina Faso depuis sept ans dans le domaine de l'or. Il devait partir immédiatement pour s'occuper lui.
 
Mais, une heure avant son atterrissage, l'oncle est décédé d'un AVC. Depuis son hôtel, il a commencé de me dire qu'on lui réclamait 12 000 euros pour ramener le corps en France et qu’il avait vidé son compte courant. Bien sûr, il avait de l'argent en France sur un autre compte mais ce dernier était bloqué car il avait fait opposition quelques temps avant, ayant perdu sa carte bleue. Tout s’est enchaîné très vite et il m’a demandé de l’aider parce que j’étais la seule personne qui lui restais.
 
Une arnaque de près de 4000 euros
 
Je lui ai dit que c'était impossible, que je n'avais pas d'argent ! Mais lui me jurait qu'il était seul, sans personne, que l'ambassade ne voulait pas l'aider, que la banque demandait qu'il vienne en personne à Nice pour débloquer son compte. Il me demandait de lui avancer seulement 300 euros pour les frais de garde du corps à la morgue, et me disait qu'il allait essayer de se débrouiller pour trouver le reste. Il me jurait que je n’aurais pas le temps d'être à découvert puisqu’il allait revenir et débloquer son compte. Alors je lui ai envoyé...
 
Puis j’ai trouvé 500 euros sur un compte de réserve. Il me disait que cet argent allait lui servir à repousser son billet d'avion mais qu'il devait trouver encore 3000 euros. Et moi – je me demande pourquoi, mais j'étais comme envoutée par ses paroles – j'ai envoyé 3000 euros pris sur un crédit à la consommation.
 
Par la suite, il m’a dit qu'il devait encore donner 4800 euros pour virer la somme de l'héritage de son oncle sur son compte. A ce moment seulement, j'ai commencé à douter. Il me disait d’aller au distributeur, qu’il serait là à peine 48 heures plus tard. Mais, déjà endettée, je lui ai dit non, que ce n’était plus possible, qu’il me mentait. Il m'a envoyé une photocopie de sa carte d'identité (très grossière) puis de son billet d'avion (aux différentes dates). J’ai compris, trop tard, malheureusement ! Les photos qu'il m'avait envoyées étaient également usurpées : je les ai ensuite retrouvées sur un site.
 
Témoigner pour que ça n’arrive plus
 
Pourtant, il essaie encore de me dire qu’il m’aime par SMS, il me demande de me connecter sur Skype (j’ai bloqué son compte), il me dit qu’il va m’expliquer. Evidemment, le site du cabinet d’avocats madrilène a disparu ! Aujourd’hui, je me demande même s’il n’était pas plusieurs : au début, l’écriture était irréprochable puis des fautes sont apparues. Ce ou ces personnage(s) m'ont au final escroquée de 3800 euros plus de deux recharges de téléphone.
 
Je suis une femme réfléchie, sensée, je ne comprends pas comment j'ai pu me faire berner de la sorte ! Tous les jours, je me demande comment j’ai pu me faire avoir : j’étais comme envoutée par ces mots, peut-être étais-je plus sensible. Mes amis, mon fils et ma belle-fille m’ont ouvert les yeux depuis. Ils ont appelé le numéro du cabinet d’avocats : il sonnait dans le vide. Je ne savais pas du tout que ce genre d’arnaques existait. Aujourd’hui, je veux raconter ce qui m’est arrivé pour que ça n’arrive pas à d’autres. Il faut faire très attention à ces sites, ils ne sont pas assez surveillés.
X

Partagez ma Vérité sur :

Restez informé :