Toutes les Vérités > L'affaire CCVA/CRP Consulting, une prise illégale d'intérêt

L'affaire CCVA/CRP Consulting, une prise illégale d'intérêt

Publiée le 14/08/2012 |
11045 | 4 |

Restez informé !

Recevez quotidiennement
les nouvelles actualités
par e-mail.

Photo de la Vérité
Entre conflits d'intérêt et corruption, les collectivités locales dérapent

Nous sommes le 24 juillet 2008, et le bureau de la communauté de communes des vallées d’Ax se réunit sous la présidence de M. Christian Loubet, maire de Luzenac et conseiller général du canton de Les Cabannes.

L’ordre du jour : voter une subvention supplémentaire à l’entreprise CRP Consulting pour une étude sur l’extension de l’E.H.P.A.D « Le Santoulis », établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes situé sur la commune de Luzenac.
 
Pour ce faire, la délibération évoque le schéma départemental d’orientation 2006-2010.
cg09.fr/v2/Pdf/Publications/SchemaPA.pdf.
Ce schéma, rédigé  avant 2006, réunit l’Etat (Le préfet de l’Ariège), le conseil général, et surprise : Le CRP Consulting. Leur But : établir un plan sur cinq ans de l’organisation sociale et médico-sociale en faveur des personnes âgées de l’Ariège. Pour faire court, ce plan prévoit seulement la création d’un lit Alzheimer sur « Le Santoulis », ce qui ne nécessite pas à priori de gros investissements.
 
Or, l’étude demandée ultérieurement au CRP, prévoit une extension du bâtiment pour la création de 22 lits supplémentaires!!! Evidemment le projet sera retoqué par l’Etat qui n’accordera pas le financement.
 
L’étude était donc frappée de nullité dès le départ !!! Elle a été cependant payée en plusieurs fois au CRP pour atteindre une somme avoisinant 66 000 euros.
Le préfet (Valette), en avril 2009, alerté par des citoyens ariègeois, exprime sa vive émotion dans une lettre. Il indique que cette délibération peut-être qualifiée de délictuelle dans la mesure où Monsieur Pierre Peyronne, Maire d’Ax les thermes et Vice-président de la communauté de communes des vallées d’Ax est présent lors de cette réunion. Ses noms et prénoms figurent parmi les présents, et il n’a pas le droit de s’y trouver. La raison en est simple et cruelle, il est le patron du bureau d’études CRP Consulting et ne peut donc voter une subvention sur fonds publics à sa propre entreprise. Oups ! Notons au passage que le choix d’une subvention évite d’avoir recours à l’appel d’offre.
L’affaire est restée confidentielle jusqu’à ce que Michel Naudy et Jean-Pierre Petitguillaume adressent le 30 septembre 2010 une lettre à Messieurs Loubet et Bonrepaux leur demandant de porter plainte contre X.  La dépêche du midi à qui une copie de ces lettres a été envoyée n’en rendra compte que brièvement mettant en valeur des attaques qualifiées de personnelles contre des élus…
 
Les services du procureur (Monsieur Leroy), eux, continuent de travailler et leurs investigations ont abouti à la convocation pour une première comparution le 5 janvier 2012 de MM. Bonrepaux, Loubet et Peyronne dans le bureau d’un juge d’instruction toulousain. Perquisitions et auditions, et d’autres péripéties se sont multipliées depuis. Les trois hommes, Peyronne, Loubet et Bonrepaux ont été entendus par le juge en tant que témoins assistés. Rappelez-vous, le jour de la convocation, c’est le conseiller général Marette (UMP) qui demandait en séance du SMDEA le soutien de l’ensemble des délégués présents. Une motion de soutien à Bonrepaux fût donc votée.
 
Depuis, deux de ces messieurs auraient fourni un certificat médical pour ne pas se rendre à une nouvelle convocation du juge  qui quant à lui a demandé une expertise médicale.
 
Nous vous ferons partager la suite de cette affaire qui nous l’espérons continuera de vous passionner.

Les rumeurs vont bon train en Ariège sur les mises en examen de certains élus. Parmi elles, une prise illégale d'intérêt sur un marché d'"audit administratif, financier, technique etc ..." dont le Turbulent s'était fait l'écho. C’est la fameuse étude confiée par Augustin Bonrepaux à son ami Pierre Peyronne, maire d’Ax les thermes et directeur général du cabinet d’études CRP Consulting. Pour vous faire une idée,Nous publions l’avenant N°2 de cette commande.
Notre cher Augustin Bonrepaux s'était, à l'époque, défendu comme un diable. Vous noterez qu’ il était déjà serein. Nous publions la reconstitution à l’intégrale d’un article de la Dépêche du midi du 29 octobre 2011.
Nous ne pouvons résister au plaisir de vous ressortir la lettre qu'il a faite publier dans La Dépêche, à cette époque, pour prouver la légalité de sa démarche. Vous avez compris qu'il écrit par affirmations péremptoires du genre : "le marché était légal puisque le Président a délégation pour les marchés inférieurs à 206 000 € et qu'il a été examiné par la Commission d'Appel d'Offres, (présidée par son ami Marette, UMP) Nous publions le communiqué de presse, difficilement lisible mais nous n'y sommes pour rien, ainsi qu’une autre lettre adressée au maire d'Ignaux.
Mais au delà de la légalité du marché, nous voudrions attirer votre attention sur son efficacité. Le même Bonrepaux ajoute que cette étude a permis de réaliser un certain nombre de réformes, notamment la production de "comptes précis", un nouvel organigramme avec nouveau directeur et nouveau directeur financier. Le problème, c'est que les pertes cumulées, plus de 43 millions €, sont si importantes que la cessation de paiement guette et que la Chambre Régionale des Comptes pourrait bien s'intéresser de très près à la gestion de notre Président mis en examen, mais serein.
A ce jour, l'expertise du CRP Consulting n’a toujours pas été rendue publique !!!!
 
 

 

 

 

Suivez l’actualité de ma Vérité grâce aux rebondissements

Le Vériteur

Photo du Vériteur

PETITGUILLAUME Jean pierre

Né le 29 mai 1949, j'ai longtemps servi dans le tourisme, d'abord comme animateur, puis comme directeur de villages de vacances en France comme à l'étranger. J'ai aussi goûté à l'animation, puis à la direction d'antennes de radios locales. Maintenant retraité, je consacre une partie de mon temps ...
X

Partagez ma Vérité sur :

Restez informé :