Toutes les Vérités > Une solution pour apporter l'électricité aux foyers d'Afrique

Une solution pour apporter l'électricité aux foyers d'Afrique

Publiée le 26/06/2014 |
6612 | Réagir
Révélée par MOHAMADOU DJIDA Ismaël |
1

Restez informé !

Recevez quotidiennement
les nouvelles actualités
par e-mail.

Photo de la Vérité
Grâce à des lampes à énergie solaire à faible coût, l’entreprise sociale Nadji.Bi propose une solution au problème d’électricité en Afrique.
Aujourd’hui, entre 1,3 à 1,5 milliard de personnes vivent sans électricité sur notre planète. Une personne sur cinq s’éclaire donc à la bougie ou à la lampe à kérosène et n’a accès à aucun appareil électrique, hormis une vieille radio à piles et une petite lampe de poche.
 
Quand Elhadji, Julien et moi nous sommes rencontrés, il y a une dizaine d’années au Sénégal, nous ne connaissions pas ce chiffre. Etudiants sénégalais, franco-sénégalais et camerounais, c’est à la gare routière de Ndiaganiao, dans l’attente de passagers susceptibles de prendre les dernières places disponibles du taxi brousse, que nous nous sommes rencontrés.
 
Nous en sommes vite venus à parler de toutes ces opportunités disponibles autour de nous malgré le surplace relatif de nos sociétés depuis les années des Indépendances. Pourtant, nous, les Africains sub-sahariens, avions soif d’avancer, de savoir, de travail, de réussite et de confort, soif de cette modernité qui nous entourait et à laquelle nous n’avions pas accès.
 
La genèse du projet
 
Après quelques jours passés aux villages, nous avions constaté que même les besoins primaires, comme l’eau ou l’électricité, n‘étaient pas satisfaits. Tous les habitants de ces villages utilisaient l’essentiel de leurs revenus en achat de piles, de bougies et de kérosène pour un éclairage dangereux, et parfois mortel, qui permettait aux enfants d’étudier un peu et aux familles de trouver le chemin du lit.
 
Cette réalité, nous l’avons vécue. Entre 18 et 20 heures, le coucher du soleil sonnait la fin de toute activité. C’était ce soleil qui était le dénominateur commun de nos pays respectifs, et, si nous étions jeunes, sans expérience et sans argent, nous voulions exploiter cette ressource.
 
Tandis que Elhadji partit pour la France, Julien et moi nous envolèrent pour la Chine. Là-bas, nous sommes entrés dans l’industrie solaire, jusqu’à intégrer des postes à responsabilités dans des groupes naissants. Apprenant la science et la technique photovoltaïque, l’industrie et ses méthodes, et participant à une aventure entrepreneuriale de l’intérieur, nous avons appris pendant quatre ans et réussi à mettre suffisamment d’argent de côté pour lancer le projet de notre vie : Nadji.Bi !
 
Nadji.Bi
 
En 2011, nous fêtions les 51 ans de l’indépendance du Cameroun et du Sénégal et les villages que nous avions visités n’avaient pas évolué en termes d’accès à l'énergie. Beaucoup d’ONG ou d’organismes internationaux étaient passés avec leurs 4x4 rutilants pour mesurer, comptabiliser et promettre monts et merveilles. Mais, sur le terrain, rien n’avait fondamentalement changé.
 
Nous avons opté pour le nom Nadji.Bi, qui en Wolof signifie « la lumière du soleil ». Après une première enquête sur la situation financière des populations rurales, nous avons mené nos activités de recherche et de développement. Au bout d’un an, nous sommes parvenus à développer une carte électronique et un boîtier intelligent, permettant à un panneau solaire de charger une batterie au lithium pendant cinq heures et d’éclairer d’une à trois lampes LED avec 17 heures à 6 heures d’autonomie, tout en chargeant un téléphone portable. Notre Nadji.Bi Zébu v.1 était né.
 
L’électricité accessible à tous
 
Pour 35 000 francs CFA (soit 52 euros), tout foyer d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique Centrale peut aujourd’hui se le procurer. D’autres produits ont suivi comme des lampes solaires/chargeurs de téléphones ou des lampadaires solaires avec détecteurs de nuit et de présence. Des projets de recherche et développement au MIBI de Montpellier et au Sénégal sont en cours pour apporter de nouveaux produits solaires innovants : télévision, moulin à mil ou borne Internet, avec un soutien de la Région Languedoc-Roussillon.
 
Aujourd’hui, plus de 5 000 foyers se sont déjà équipés depuis 2013 et 7 000 devraient s’équiper d’ici la fin de l’année 2014. Ce qui représentera plus de 60 000 personnes d’ici la fin de cette année, et nous devrions atteindre les 500 000 personnes d’ici fin 2015.
 
La très grande majorité des populations d’Afrique vit encore dans la pénombre avec toutes les conséquences économiques, de santé et de sécurité afférentes. Pourtant, seulement sept milliards d'euros – c’est-à-dire un kit Nadji.Bi Zebu v.1 à 52 euros pour chacun des 134,5 millions de foyers à équiper en Afrique – suffiraient à leur apporter une solution plus durable et économique d'éclairage et de recharge téléphone.
 
Comparons ces chiffres aux budgets de la finance, de l’armement ou encore de l’aide au développement. Il n’y a plus d’excuses : en 2014, chacune et chacun a le droit à la lumière !

Le Vériteur

Photo du Vériteur

MOHAMADOU DJIDA Ismaël

www.nadjibi.com : Nadji.Bi est une entreprise à but social, qui a pour mission de permettre aux populations rurales et périurbaines du Sud en général et d'Afrique Sub-Saharienne en particulier de sortir de la pauvreté. Nadji.Bi a développé un ensemble de produits d'éclairages et de charges éle...
X

Partagez ma Vérité sur :

Restez informé :