Toutes les Vérités > Site de rencontre : une arnaque affective de 12 000 euros

Site de rencontre : une arnaque affective de 12 000 euros

Publiée le 21/04/2015 |
5657 | 5
Révélée par VERTENEUILLE Isabelle |
2

Restez informé !

Recevez quotidiennement
les nouvelles actualités
par e-mail.

Photo de la Vérité
Un escroc peut se cacher sous un profil factice, avec des caractéristiques honorables : il se prétend de bonne éducation, cultivé, riche, intègre, sensible.
Un homme, rencontré sur Meetic le 27 mars 2015, dont le pseudo est « vie paisible », 53 ans, habitant à Arras, se prétendant veuf, belge, père d'une fille de 20 ans appelée Anouchka, grand voyageur, est un escroc. Il prétend s'appeler Fabrice Pietersen et m'a « emprunté » 11 800 euros, qu'il ne me remboursera jamais.
 
Cette triste escroquerie a commencé par de nombreux échanges sur Skype (sans vidéo), par mail et téléphone : une semaine de libre échange, des propos respectueux, une mise en confiance, des valeurs communes, des échanges sur notre vision de vie de couple. Une belle surprise : une composition florale envoyée à mon domicile. L’homme idéal !
 
« Il met en avant la relation de confiance que nous avons tous les deux »
 
Architecte de métier, il m'a fait vivre au quotidien le projet qu'il était en train de finaliser dans son bureau à Arras : la restructuration de routes au Bénin. Après un rendez-vous avec son banquier, il s’envole pour Cotonou le 3 avril. Le 7 avril, il a rendez-vous avec le Directeur de cabinet du ministère du Plan. Lorsqu’il en sort, il est consterné, abattu : on lui fait comprendre que, pour obtenir un agrément, il doit verser des pots de vin qu'il estime à 50 000 euros. Or il n'a pas prévu cette situation. Il a deux cartes American Express créditée de 125 000 euros chacune pour lancer les chantiers, mais il doit également verser des frais à la banque du Bénin pour pouvoir obtenir son argent en espèces. Il a besoin de 12 000 euros, ce qui ne représente rien pour lui car il prétend être riche.
 
Je refuse de lui prêter de l'argent mais il met en avant la relation que nous avons tous les deux et insiste beaucoup sur la confiance, socle d'une relation durable, de notre relation. Il répète constamment qu'il est intègre, honnête et solvable. Il a d'ailleurs une banque en Suisse, le Crédit suisse et une certaine Madame Catherine Beghin me confirme par mail que Monsieur Pietersen est solvable. Mail inventé de toute pièce! 
 
« Finis les « mon cœur » et les « ma reine », j'étais devenue la femme irrespectueuse »
 
Je lui envoie deux mandats Western Union mais ce n’est pas assez, il me téléphone sans arrêt. Le lendemain et le surlendemain, je me débrouille pour lui envoyer quatre autres mandats, puis un dernier quelques jours plus tard. A chaque fois, s'ajoute un impondérable, il me harcèle de coups de téléphone et simule sa détresse de perdre un marché de plusieurs millions d'euros. Finalement, le 11 avril, il doit se déplacer dans le nord du pays pour pouvoir encaisser ses American express, mais on ne lui remettra que 50 000 euros, la somme intégrale ne pouvant être mise à disposition. La banque lui propose un transfert d'argent à la banque de Cotonou lors d'un rendez-vous le lundi 13 avril. Il n'a plus d'argent liquide pour payer le transport, ne peut même plus se nourrir.
 
Le 11 avril, il rencontre le Directeur de Cabinet officieusement dans un restaurant et lui remet le pot de vin de 50 000 euros. Une dernière démarche lui incombe cependant pour étouffer le pot de vin : verser 2 450 euros à la mairie et 2 000 euros à la Direction de l'urbanisme le 13 avril. Il me sollicite à nouveau, m'assurant qu'il m'enverra un mandat après son rendez-vous à la banque le jour même. Je dis stop. Les coups de téléphone et mails de reproche se succèdent. Finis les « mon cœur » et les « ma reine », j'étais devenue la femme irrespectueuse, impulsive, pleine de défauts. Je devais le rencontrer à Lille le 15 avril mais je savais qu'il ne serait pas là. Il n'était pas là.
 
« J’ai été conditionnée par cet homme qui m’a sentie en grande détresse sentimentale »
 
J'ai honte et je me considère comme une véritable imbécile de m'être laissée berner. J'avais pourtant effectué des recherches sur Internet, appelé le Crédit suisse à Zurich mais lorsque l'on m'avait dit « un instant s’il vous plaît », je pensais être mise en relation avec Madame Beguin alors j'ai raccroché. Quelques jours plus tard, on m’apprit que cette personne n'existait pas au Crédit suisse.
 
La stratégie de ce « Fabrice Pietersen » a été de me mettre dans une situation extrême de confiance, le personnage était très rassurant, son écriture était très agréable, persuasive, convaincante. J'ai été complètement conditionnée par cet homme qui m'a sentie en grande détresse sentimentale et en a profité. Et maintenant je suis dans une situation financière critique car j'ai obtenu un découvert exceptionnel de ma banque, grâce à ma carte Gold. Et je ne sais pas comment m'en sortir...La police m'a rassurée en me disant que cette histoire aurait pu arriver à n'importe qui. Soyez vigilantes, Mesdames, le prince charmant n'existe pas...sur Meetic! Il est mythique!

Le Vériteur

Photo du Vériteur

VERTENEUILLE Isabelle

Victime d'un escroc sur le site de rencontre Meetic
X

Partagez ma Vérité sur :

Restez informé :