Toutes les Vérités > Discrimination syndicale chez Dassault : une vérité qui dérange ?

Discrimination syndicale chez Dassault : une vérité qui dérange ?

Publiée le 12/12/2012 |
15986 | 5
Révélée par CLERC François |
6

Restez informé !

Recevez quotidiennement
les nouvelles actualités
par e-mail.

Réagissez !

Pour réagir, vous pouvez :
S'inscrire ou réagir directement
Un espace de parole libre est disponible sur le forum, pour y accéder cliquez ici.

Les réactions(5 réactions)

Peschang Le 18/12/2012 à 13:31 | #5
Je confirme les propos de François Clerc qui m'a inspiré pour les procédures en discrimination que j'ai menées contre Dassault. je peux dire que ses propos sont mesurés et que la vérité sur la conduite de la CGT Dassault et fédérale a été beaucoup plus rude et cuisante en ce qui me concerne.
Alain BORG 13 Le 16/12/2012 à 08:41 | #4
Bonjour,
Aujourd'hui Retraité de chez Dassault Istres depuis 2008, quand je lis cela je me réjouis pour ces Camarades.
Pour ma part j'avais monté un dossier, que j'avais remis à D.R et J.E dans lequel je donnais tous les éléments,
Perdant patience, j'ai pris rendez-vous avec le S/Directeur Mr M, en 2006 en lui signifiant qu'on allait se retrouver devant les tribunaux pour discriminations . Je réclamais un déroulement de carrière à la hauteur de mes compétences au même niveau que certains autres camarades de travail.
Il m'a fait la promesse de regarder mon dossier, à la sorti, il m'a remis une enveloppe avec une forte augmentation du salaire de base, mais mon déroulement de carrière en est resté là.
Fallait-il le refuser ? Je ne l'ai pas fait.
Mon dossier, mes CAMARADES D.R et J.E devrait l'avoir.
Cela est vrai le dossier des discriminations a été ouvert avant 1998, j'ai participé à des discutions pour certains CAMARADES d'Istres:: A, A.C, C.L , J.L qui ont partiellement débouchés.
Oui, partiellement car on ne rattrape jamais ce qui est perdu. Quant à moi, c'est toujours difficile de s'occuper de ses problèmes, de plus quand je voyais le dossier de ces camarades je me sentais complexé. Pour certains 20 ans sans déroulement de carrière.
Cordialement. Alain
Un exdiscriminé Le 14/12/2012 à 08:06 | #3
Bonjour !
Excellent article car oui, dans les grandes entreprises telles DASSAULT, la discrimination syndicale a existé et existe peut être et sans doute encore.
Toutefois, je me permets de réagir à votre article Monsieur CLERC pour vous faire savoir (si vous l'ignoriez) qu'en réalité la riposte à la discrimination syndicale - notamment envers les militants CGT - n'a pas "commencée" en 1998.
En effet, je suis un ancien salarié de chez DASSAULT et militant CGT ayant travaillé successivement dans 2 établissements dont l'un a été fermé en 1988, à savoir celui de BOULOGNE dans les Hauts-de-Seine, puis muté à celui de St- CLOUD jusqu'au début de l'année 1994, date à laquelle j'ai quitté cette entreprise.
Or, déjà avant 1998 (entre 1994 et 1996 là je ne me souvient plus de l'année exacte) un certain nombre de militants CGT de différents établissements de DASSAULT avaient, avec le syndicat CGT et moi-même et l'aide d'un avocat (Paul BOUAZIZ), engagé une procédure pénale pour discrimination syndicale et fait citer par voie de citation directe devant le tribunal correctionnel de PARIS - 31ème chambre - Serge DASSAULT et la société DASSAULT.
A cette occasion, le tribunal avait reconnu la discrimination pour un certain nombre d'entre nous mais avait toutefois relaxé Serge DASSAULT au motif que nous ne démontrions pas que c'était lui en personne qui avait donné des consignes pour opérer lesdites discriminations et qu'il fallait plutôt se tourner éventuellement vers les différents directeurs d'établissements.
C'est ainsi que nous n'avions pas fait appel de ce jugement du tribunal correctionnel de PARIS mais engagé une nouvelle procédure, à savoir une plainte avec constitution de partie civile (avec l'aide de feu l'avocat Charles LEDERMANN) à l'encontre d'un certin nombre de ces directeurs d'établissements. Néanmoins là encore nous nous sommes heurtés au fait que le juge d'instruction en charge de l'affaire avait conclu à un non lieu du fait qu'était intervenu une loi d'amnistie en 1995 (année d'élection présidentielle et dont cette loi d'amnistie bénéficiait aussi aux délits commis par les employeurs) et qu'il ne pouvait donc examiner que la période postérieure à cette loi d'amnistie et la date à laquelle il instruisait ce dossier, à savoir en 1997, soit une période d'à peine 2 années !
Donc tout cela AVANT 1998 !!! Cordialement, un ex-discriminé DASSAULT
Marcel Chambrier Le 12/12/2012 à 16:59 | #2
J'ai bien lu votre vérité, Monsieur CLERC.
Une chose au moins m'interpelle : n'est-il pas un peu réducteur de partir du principe que l'évolution de carrière des personnels concernés aurait dû être la même pour conclure à l'existence de discriminations. Le raisonnement prend-il en compte les qualités professionnelles de chacun, leur investissement, leur comportement ... autant d'éléments qui peuvent expliquer que certains évoluent davantage que d'autres ?
guillaume_terr2 (membre) Le 12/12/2012 à 16:34 | #1
Ca existe encore le syndicalisme? Dans le contexte d'une société libérale, sans doute plus capitaliste qu'elle ne l'a jamais été, je trouve tout à fait compréhensible - mais également répréhensible - ces discriminations syndicales. Encore une fois, on peut se placer des deux côtés: un patron n'a aucune envie d'augmenter ou de faire monter un salarié qui est syndicalisé et qui fait son 9-18 en réclamant en plus des semaines de congé payé. Un salarié n'a aucune envie de faire du 9-21h tous les soirs sans que cela ne s'en ressente sur sa fiche de paie ou son évolution hiérarchique. Si tous les patrons respectaient leurs promesses en augmentant les salariés les plus actifs et ceux qui se donnent le plus pour l'entreprise (après les méthodes de calcul peuvent varier selon l'entreprise: résultat, objectif, présence, nombre d'heures...) au lieu d'augmenter leur propre CA, ou salaire ou les dividendes reversés aux actionnaires, je pense que les syndicats n'existeraient plus aujourd'hui et que ce problème non plus. Or, les riches s'enrichissent et les pauvres se syndicalisent... On est sur la bonne voie, ça c'est sûr!
X

Partagez ma Vérité sur :

Restez informé :