Toutes les Vérités > Éliminer l'arme nucléaire, est-ce possible ?

Éliminer l'arme nucléaire, est-ce possible ?

Publiée le 19/09/2012 |
7244 | 4
Révélée par LALANNE Dominique |
1

Restez informé !

Recevez quotidiennement
les nouvelles actualités
par e-mail.

Photo de la Vérité
Impossible de "désinventer l'arme nucléaire"? Une Convention d'élimination a été proposée. Est-ce réaliste ?
Depuis son utilisation sur les villes d'Hiroshima et de Nagasaki, l'arme nucléaire est dénoncée comme violant la Charte des Nations Unies. Dans sa première délibération, l'ONU a demandé en 1946 "l'élimination des armes atomiques des armements nationaux ainsi que de tous les autres types d'armes de destruction massive". Si l'objectif de l'élimination préoccupe depuis toujours, la volonté politique d'y arriver n'a jamais vu le jour.

Pendant la guerre froide, la course aux armements a fait rage et la menace de frappe était omniprésente. A la fin de la guerre froide, une remise en cause aurait pu voir le jour, il n'en a rien été, au contraire, les pays nucléaires ont entrepris des programmes de modernisation et plusieurs pays non-nucléaires se sont équipés de la bombe.

La situation change car le danger d'utilisation augmente. Des pays comme la France n'excluent pas l'utilisation en premier à titre de "frappe d'avertissement" et des groupes terroristes pourraient posséder une bombe. Par un effet domino mal contrôlé, les 2000 bombes en état d'alerte peuvent alors cibler des villes. Ce danger a bien été identifié par le groupe Global zéro formé d'anciens responsables politiques de haut niveau qui signale l'urgence d'un processus d'élimination.

En fait, les premiers gagnants d'une élimination des armes nucléaires seraient paradoxalement les pays les plus puissants, car l'arme nucléaire leur est inutile. Ainsi les États-Unis disposent de telles frappes conventionnelles que leur domination militaire n'a aucun besoin de frappe nucléaire.

La surveillance nucléaire mondiale est très performante, grâce à l'Agence internationale de l'énergie atomique, l'AIEA. Si l'arme nucléaire était interdite, tout contrevenant serait très vite identifié. Il n'y a donc aucun problème de contrôle.

La mise au point d'une Convention d'élimination n'est pas un problème. Pour les armes chimiques une telle Convention a vu le jour en 1997 et l'élimination quasi totale va aboutir dans les prochaines années. Le contrôle des armes chimiques est pourtant bien plus difficile que celui des armes nucléaires. L'intérêt d'une telle Convention est de bien isoler diplomatiquement les quelques pays délinquants et d'organiser la pression diplomatique pour les obliger à respecter la loi internationale.

La Convention d'élimination des armes nucléaires arrive donc dans un contexte historique où sa mise en œuvre est possible. Les trois quart des pays ont voté en sa faveur à l'ONU. Mais force est de constater que les pays les plus puissants n'en veulent pas. Pourtant, si quelques pays nucléaires le voulaient, le processus pourrait s'enclencher, la pression diplomatique deviendrait alors capable de faire céder les récalcitrants.

Albert Jacquard et Stéphane Hessel ont récemment tiré la sonnette d'alarme dans leur livre pamphlet " Exigez un désarmement nucléaire total!" Saurons nous répondre à leur alerte?

 

D. Lalanne

co-président de Armes nucléaires STOP

armesnucleairesstop.org

do.lalanne@wanadoo.fr

Le Vériteur

Photo du Vériteur

LALANNE Dominique

Physicien nucléaire à la retraite co-président de Armes nucléaires STOP
X

Partagez ma Vérité sur :

Restez informé :