Toutes les Vérités > Education : le dilemme cornélien de la semaine des 5 jours

Education : le dilemme cornélien de la semaine des 5 jours

Thème : Société, Education
Publiée le 31/05/2012 |
9525 | 7
Révélée par POURTIER David |
1

Restez informé !

Recevez quotidiennement
les nouvelles actualités
par e-mail.

Photo de la Vérité
La semaine de cinq jours, bonne ou mauvaise idée?

Le nouveau gouvernement de François HOLLANDE est à peine installé que le Ministre de l’Education Nationale, Vincent PEILLON, annonce une concertation sur le retour à la semaine de 5 jours pour nos petites têtes blondes.

Passons sur la forme, la réforme ayant tout d’abord été annoncée unilatéralement par le ministre avant qu’il lui soit rappelé par le 1er ministre, Jean-Marc AYRAULT, et par son ancienne amie Ségolène ROYAL, que la concertation était un élément important du projet des socialistes. Il paraît toutefois que la concertation sera rapide car, sur ce point au moins, il semble (c’est M. PEILLON qui le dit) que les gouvernements précédents auraient bien travaillé.

Toujours est-il que, concertation ou pas, on connaît le résultat final : les écoliers de notre pays vont revenir à la semaine de 5 jours, le débat restant à trancher portant notamment sur le choix du mercredi matin ou du samedi matin (oui, car on parle de la semaine de 5 jours mais en fait ils travailleront 4 jours et demi sur 5 jours).

Or, s’il est plébiscité par les spécialistes (médecins, psychologues, ... et l’administration du Ministère de l’Education Nationale), ce retour est désapprouvé par une majorité (55% selon les derniers sondages) des parents d’élèves concernés. Pourquoi les spécialistes recommandent-ils ce retour à la semaine des 5 jours ?

Il semble, en premier lieu, que le rythme de la semaine de 4 jours nuit aux enfants les plus en difficulté dont les besoins spécifiques ont du mal à être pris en compte dans une telle configuration.

Par ailleurs, la semaine de 4 jours contribuerait à une augmentation des travaux faits le soir à la maison, conduisant à dérégler le cycle veille / sommeil des enfants, qui ne font pas (encore) de grasses matinées. Il aurait été mis en évidence, par des tests menés dans certaines écoles pilotes, que la régularité des rythmes scolaires se conjugue avec celle du cycle veille / sommeil. Il apparaît, par ailleurs, que l’étalement des apprentissages sur une période plus longue serait de nature à favoriser les acquis.

Il semble également que la diminution des heures s’effectue au détriment des matières d’éveil et sportives, dont l’alternance est nécessaire avec l’apprentissage des matières principales et dans lesquelles certains élèves se révèlent et peuvent gagner en confiance. S’agissant du choix du jour, les spécialistes semblent partagés ; le samedi matin serait toutefois privilégié pour des raisons pratiques pour les parents (contacts avec les professeurs) et le corps enseignant (finalisation des programmes de la semaine) et du respect de l’horloge biologique des enfants (mise un peu à mal par des week-ends de deux jours, voire davantage).

Pourquoi les parents d’élèves sont-ils réticents ? C’est plus facile à comprendre :

- le mercredi pose des problèmes d’organisation aux parents qui travaillent et complique la participation à des activités extrascolaires (sports, arts, ...) ;

- le samedi complique également le suivi des activités extrascolaires et altère, voire obère, les départs en week-ends familiaux.

On nage donc en plein Kafka : faut-il favoriser l’apprentissage scolaire de nos enfants ou privilégier leurs activités extrascolaires et les week-ends de leurs parents ? Voilà qui n’est pas très simple, surtout au pays des 35 heures et des grands week-ends qui vont avec (combien de parents font rater à leurs enfants, en maternelle et en primaire, des jours de classe durant l’année ?).

Toutefois, comme mentionné précédemment, Vincent PEILLON, qui a déclaré samedi 26 mai 2012 lors du congrès national de la FCPE, l’une des fédérations de parents d’élèves les plus importantes, qu’il serait « toujours et d’abord le ministre des élèves », semble donc avoir tranché. Espérons que les réflexions menées intègreront également les sujets de la durée des congés scolaires (notamment des grandes vacances) puisque toutes les six semaines, les enfants sont en congés … pour se reposer.

C’est la raison pour laquelle les professionnels du tourisme sont également vent debout contre cette réforme qui mettrait en péril leur business. Il reste à attendre les arbitrages du 1er ministre et du Président de la République, prévus pour la rentrée prochaine.

Formulons le vœu que les décisions qui seront prises le seront effectivement dans l’intérêt supérieur des élèves et de la nation et qu’elles contribueront à endiguer la régression intellectuelle progressive de la France et de son école (cf. Au secours Jules Ferry !).

Pour atteindre cet objectif ambitieux dans l’intérêt des enfants et des miens qui ont 8 et 10 ans, il faudra compter également sur le corps enseignant, qui semble ne pas s’être encore prononcé sur les déclarations du Ministre Vincent PEILLON.

Le Vériteur

Photo du Vériteur

POURTIER David

50 ans, marié, 2 enfants. Cadre en entreprise. Passionné d’histoire.
X

Partagez ma Vérité sur :

Restez informé :