Toutes les Vérités > Pêche en eaux profondes : « C’est désormais un scandale éthique »

Pêche en eaux profondes : « C’est désormais un scandale éthique »

Publiée le 15/07/2014 |
9760 | Réagir
Révélée par NOUVIAN Claire |
4

Restez informé !

Recevez quotidiennement
les nouvelles actualités
par e-mail.

Photo de la Vérité
Des documents officiels ont révélé l’ampleur des dégâts environnementaux du chalutage profond.
Ces données sont en complète opposition avec la position de la France à Bruxelles.
 
Le 2 juillet dernier, l’Ifremer (Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer) a publié deux rapports sur la pêche en eaux profondes. Elle confirme les résultats de Bloom, qui lutte depuis des mois pour que l’Europe adopte l’interdiction de ces méthodes. Claire Nouvian, fondatrice de l’ONG, revient sur ce scandale.
 
Quels récents événements ont « changé la donne » ?
 
On réclame les données officielles sur le chalutage profond depuis le dernier Grenelle de la Mer, en 2009. Ségolène Royal a forcé la publication de ces données par l’Ifremer et c’est une bombe. Toutes les évaluations de Bloom ont été confirmées, au bateau près, ce qui prouve que nos méthodes sont sérieuses et nos résultats solides.
 
Mais on a aussi eu des données détaillées sur la composition des captures et ça a été un vrai choc : on a découvert que les requins profonds composaient 6% des captures des navires. Ces espèces sont en voie de disparition, il est donc interdit de les capturer et de les débarquer. Donc ils les rejettent à la mer. Et comme les Français ont obtenu, parce qu’ils ont magouillé, une augmentation des quotas en 2012, ils ont encore augmenté ces captures.
 
Qu’ont révélé ces documents sur l’impact économique et social de cette pêche ?
 
La France disait qu’un très grand nombre de bateaux seraient concernés par le chalutage profond. Les documents de l’Ifremer ont montré que seulement douze l’étaient et ils ne pêchent en eaux profondes qu’une partie du temps. Au début, ils parlaient de 600 emplois menacés puis, comme ça ne faisait pas assez, ils ont dit 3 000… En réalité, en étant très généreux, ça serait déjà énorme que ça concerne 100 emplois et ils ne seraient pas perdus.
 
En effet, quand on a fini par conclure un accord avec Intermarché, ils ont réorienté leurs activités de pêche et ils n’ont pas perdu un seul emploi ! Au contraire, on propose même une transformation des activités vers la pêche à la palangre, ce qui créerait des emplois.
 
La France a donc complètement menti. C’était déjà un scandale écologique et économique. Maintenant, c’est devenu un scandale éthique : notre personnel politique est au service des lobbies industriels !
 
Quelle sera la prochaine échéance à l’échelle européenne ?
 
Le Conseil des Ministres européens de la Pêche doit se réunir lundi. La présidence – italienne depuis le 1er juillet – a demandé aux Etats membres de l’Union de confirmer leur position sur la pêche en eaux profondes. C’est donc à un moment très intéressant que Ségolène Royal a choisi de forcer la publication de ces documents.
 
En février dernier, lorsque la présidence grecque avait demandé sa position sur la pêche profonde aux Etats membres, on s’était inquiétés de ne pas avoir été consultés. En effet, au moment de la conférence environnementale quelques mois plus tôt, la France s’était engagée à ce que cette position soit établie avec les parties prenantes, donc avec les ONG. En traînant des pieds, ils nous ont donné la réponse qu’ils comptaient donner.
 
Evidemment, elle était scandaleuse et ne tenait aucun compte de l’avis de plus de 300 chercheurs, des 860 000 signataires de notre pétition et des deux sondages BVA qui révélaient que 73% des Français étaient pour l’interdiction du chalutage profond. On a travaillé d’arrache-pied à ce moment-là. Pourtant, quelques jours plus tard, Frédéric Cuvillier, le Ministre français de la Pêche, a donné la position qu’ils avaient évoquée.
 
Que ces révélations vont-elles changer ?
 
On sait maintenant que le gouvernement a soutenu les mensonges des lobbies. Si les médias font leur travail, Frédéric Cuvillier passera enfin pour l’homme malhonnête qu’il est. Son fief électoral est le fief de la grosse pêche industrielle (ndlr : Frédéric Cuvillier est élu de Boulogne-sur-Mer, une ville directement concernée par la pêche en eaux profondes) : il est en train d’entamer son capital politique avec ce conflit d’intérêt.
 
D’ailleurs, les ports de Boulogne-sur-Mer et Lorient ont constitué un groupe de pression des industriels de la pêche, « Blue fish » et il serait très intéressant de savoir comment il est financé. Déjà, quand on se renseigne, on constate que leur siège est le même que celui de l’agence d’urbanisme de Lorient, lui-même présidé par le maire de la ville. Ça pourrait être un bon moyen de leur donner de l’argent sans que ça passe directement par la mairie.
 
Comment faire aboutir votre combat ?
 
Avec la publication de ces données, Ségolène Royal a frappé un grand coup : il faut qu’elle aille encore plus loin. Elle doit aller voir le Président et lui demander combien de temps on va continuer à défendre l’indéfendable et ce qu’il faudra que ça nous coûte pour qu’on se réveille. Au niveau international, la France perd toute crédibilité politique.
 
Aujourd’hui, si Ségolène Royal s’interpose dans cette mascarade, elle va devenir une héroïne pour les ONG. Elle peut mettre fin à cette aberration, d’autant plus qu’elle est la ministre de tutelle de Frédéric Cuvillier, elle a tous les pouvoirs. C’est de sa part qu’on attend un coup de théâtre.
 
Dans les jours qui viennent, on va afficher sur la page de Bloom tous les tweets que nous et nos adhérents lui enverront pour qu’elle se positionne : vous aussi, tweetez la Ministre de l’Ecologie !
 
Propos recueillis par Marine Périn

* Téléchargez les deux rapports de l'Ifremer ainsi que la note de décryptage des ONG à droite de ce texte ou dans l'onglet "Documents".

Le Vériteur

Photo du Vériteur

NOUVIAN Claire

Claire Nouvian est une environnementaliste qui lutte contre l’exploitation des océans dans le monde. Elle œuvre à sensibiliser le grand public et les autorités aux problèmes posés par l’exploitation d’espèces et de milieux marins vulnérables tels que les requins et les océans profonds. Elle est u...
X

Partagez ma Vérité sur :

Restez informé :