Toutes les Vérités > Le football : un spectacle qui tourne rond

Le football : un spectacle qui tourne rond

Publiée le 03/06/2014 |
8159 | Réagir
Révélée par PERRIN Bertrand |
Soutenir

Restez informé !

Recevez quotidiennement
les nouvelles actualités
par e-mail.

Photo de la Vérité
Dans les stades ou à la télévision, le football est sans doute le sport qui regroupe le public le plus large.
Dans Football : les raisons d’une passion, Bertrand Perrin explique le succès du football-spectacle.
 
Du 12 juin au 13 juillet, le Brésil va accueillir la phase finale de la Coupe du monde de football, l’évènement planétaire le plus médiatique avec les Jeux Olympiques. Le sport a cette propriété remarquable d’éliminer les frontières culturelles, qu’elles soient religieuses ou linguistiques. Les sports les plus universels sont ceux pour lesquels les chansons sportives sont les plus compréhensibles partout dans le monde. Parmi les sports, le football a émergé bien au-dessus des autres.
 
Le nombre de spectateurs cumulés d’une Coupe du monde est d’environ 40 milliards. La finale de 2010 (Espagne – Pays-Bas) a été vue par environ 700 millions de téléspectateurs, soit un terrien sur dix. Quand la France en 1998 ou l’Italie en 2006 remporte le trophée suprême, les ventes des journaux sportifs sont multipliées par quatre.
 
On peut trouver cela absurde, stupide ou génial, mais le fait est là : le football est le sport roi. Alors, pourquoi le football passionne-t-il tant ?
 
Du stade à la télévision : l’omniprésence du football
 
Dès sa naissance, dans l’Angleterre de la seconde partie du XIXe siècle, les terrains de football sont déjà entourés de spectateurs. Très rapidement, des entrepreneurs vont comprendre qu’il est même possible de faire payer ce public. Dans les années 1870, certains matches attirent déjà des milliers de spectateurs : ils sont 4 000 à payer leur place en 1872 pour voir le premier match international entre l’Angleterre et l’Ecosse. Cet afflux d’argent rend le professionnalisme inévitable (en 1885, en Angleterre) et fait passer le football du monde du sport à celui du spectacle.
 
L’apparition de la télévision à la fin des années 1960 va démultiplier les spectateurs. Alors que les dirigeants avaient peur de voir le public fuir les stades pour rester devant leur petit écran, c’est le contraire qui se passe. Aujourd’hui les stades sont plus remplis qu’auparavant malgré le nombre incalculable de matches retransmis à la télévision. Mais le football n’en reste pas là. Non seulement le nombre de retransmissions n’a cessé de croître mais, tous les jours, on parle de football dans les journaux, à la radio, à la télévision. Et le match n’est plus le seul centre d’intérêt. On parle de football à travers les destins des joueurs, des entraîneurs, des dirigeants, à travers les « affaires ». Le football ne s’arrête jamais, il occupe en permanence les médias, il est omniprésent. Et tout le monde (ou presque) parle football au café le matin.
 
Les raisons du succès
 
Quatre raisons majeures expliquent le succès de ce football-spectacle. Le football est d’abord le sport le plus pratiqué au monde (près de 300 millions de joueurs d’après la FIFA). La deuxième raison, et sans doute la plus importante, est que le football est compréhensible par tout le monde : les règles sont simples et intuitives – seule celle du hors-jeu nécessite une explication. Aucun autre sport collectif n’offre une telle simplicité. Le tennis est sans doute l’autre sport, individuel celui-là, qui offre cette simplicité et qui est d’ailleurs très regardé.
 
La troisième raison est que le football est un sport extrêmement lisible par sa vitesse d’exécution qui n'est ni trop rapide, ni trop lente. On a le temps de voir les actions se construire, d’espérer ou d’avoir peur. Il suffit de regarder les spectateurs ou téléspectateurs quand un but se construit pour s’en persuader. Il est aussi idéalement formater : 90 minutes, n’est-ce pas le temps culturel classique d’attention du spectateur, celui de la plupart des films de cinéma ? Enfin c’est le sport qui propose le scénario le plus tendu, et pour une raison toute simple : les buts sont rares. Conséquence : le résultat du match et donc le suspense reste souvent incertain jusqu’au bout.
 
Ces quatre raisons principales expliquent le succès médiatique du football, qui revers de la médaille, est souvent pris en otage ou utilisé par l’argent et par la politique. Il n’en demeure pas moins le spectacle le plus populaire au monde. Il y n’a, à ce jour, aucun outsider.

Le Vériteur

Photo du Vériteur

PERRIN Bertrand

Bertrand Perrin pratique le football depuis l’âge de la cour de récréation. La professionnalisation de ce sport et l’engouement médiatique grandissant qu’il suscite l’ont poussé à s’interroger sur les fondements de cette passion partagée par tant de petits et grands partout dans le monde.
X

Partagez ma Vérité sur :

Restez informé :