Toutes les Vérités > La vérité sur les violences conjugales

La vérité sur les violences conjugales

Thème : Société, Violence
Publiée le 27/06/2012 |
15145 | 19

Restez informé !

Recevez quotidiennement
les nouvelles actualités
par e-mail.

Réagissez !

Pour réagir, vous pouvez :
S'inscrire ou réagir directement
Un espace de parole libre est disponible sur le forum, pour y accéder cliquez ici.

Les réactions(19 réactions)

doy_bill (membre) Le 28/06/2012 à 15:03 | #8
Très intéressant, bien construit, un fait qu'il faut mettre à jour. Cependant sur le point essentiel à savoir est ce qu'un homme est capable de se définir comme victime de violence conjugale? Non pour la majorité des hommes qui subissent des violences conjugales, même pour la société dans son ensemble c'est un refus net. C'est pour ça que je pense personnellement que les études même si elles peuvent donner une idée elles sont très loin de la réalité en ce qui concerne les hommes. Si vous vous intéressez à la condition masculine vous avez du constater que le pilier de la masculinité c'est l'interdiction formelle de se plaindre, d'être une victime, souffre en silence et tais toi, sous peine de brimade, culpabilisation, et technique de shame. C'est d'ailleurs la force motrice des sociétés dominantes. Le jour ou les hommes ou du moins une partie refuseront cette violence c'est la société qui s'écroule, pour une meilleure ou une pire.
TERRIEN Guillaume (Vériteur) Le 28/06/2012 à 14:47 | #7
Merci pour ces précisions Bertrand! Je pense que vous devriez entrer en contact avec Caroline Guesnier du collectif CIVIFF (sur la vérité "violences faites aux hommes..."). Vous défendez de nombreux intérêts en commun et l'alliance de vos combats peut déboucher sur de bons résultats! Bonne chance pour la suite!
CAMPANA Bertrand (Vériteur) Le 28/06/2012 à 12:30 | #6
Romane, A l'origine, ce sont les féministes qui ont porté sur la place publique les problématiques des violences et en particulier celle au sein de la famille. Mention spéciale à Erin Pinzey(http://en.wikipedia.org/wiki/Erin_Pizzey et http://www.la-cause-des-hommes.com/spip.php?article232) qui a ouvert le premier foyer pour femmes battues en Angleterre et dans le monde (?). Elle l'a fait en dehors de toute idéologie et avait prévu l'ouverture d'un foyer pour homme battu. La lecture de son histoire intime récemment dévoillée est édifiante concernant ses motivations. Il y a actuellement une seule association pour les hommes victimes de violence conjugale : "SOS Hommes Battus" http://soshommesbattus.over-blog.com/ (voir ici le forum : http://92274.forums.motigo.com/) qui a pour but de venir en aide aux hommes. Pourquoi si peu ? Parce que les hommes ne sont pas censés être victimes. Je dirai par provocation que cela leur aient interdit par la loi du 9 juillet 2010. Saviez vous qu'un homme battu par sa femme au 14ième siècle devait chauvaucher un âne monté à l'envers ? Il y a aussi un problème d'organisation de ces hommes et un éches pour le moment du moins à ce qu'il s'organisent en force politique. Historiquement, les femmes se sont d'abord occupées d'elles mêmes et c'est très bien d'où une plus grande implantation. Politiquement, c'est là où ca pêche, aujourd'hui le discours femme victime / homme bourreau est profondément implanté dans les esprits et certaines associations féministes chassent de l'homme derrière le mot (orwellien ici) d'égalité. Il et normal que vous vous intéressiez en premier sur les femmes victimes surtout quand on en a vu. Moi, pour ma part j'ai pas mal barroudé et j'ai vu des hommes et des femmes souffrir et puis scientifique de formation la retranscription de la réalité m'interesse avant tout.
CAMPANA Bertrand (Vériteur) Le 28/06/2012 à 11:42 | #5
Bonjour, Merci William et Romane pour vos commentaires. Un complément à mon premier commentaire. Un dossier très bien fait et offrant beaucoup de données est diponible ici : http://www.la-cause-des-hommes.com/spip.php?rubrique53 J'ai de la matière pour faire deux à trois fois plus long comme article mais à partir de ce point là, ca devient une publication universitaire voire un dossier. Les CTS mesurent la violence physique et psychologique et d'une manière générale les statistiques font état des deux. L'article manque de clarté sur ce point mais je manquais de place. Je pense saisir votre question : oui des hommes se prennent des coups parfois létaux et peuvent être blessés légèrement ou gravement. William, je vous renvoie à ma première réponse pour obtenir des données plus détaillées et à ces trois liens : "La violence familiale au Canada : un profil statistique (2009)" : http://www.phac-aspc.gc.ca/ncfv-cnivf/pdfs/fv-85-224-XWF-fra.pdf "LA VIOLENCE CONJUGALE EN 1999 (2002)" : http://www.stat.gouv.qc.ca/publications/conditions/pdf/breffev02.pdf "S'ouvrir aux victimes masculines (1996)" : http://publications.gc.ca/collections/Collection/H72-21-143-1996F.pdf C'est malheureusement un grave problème que de voir des refus de plaintes (chose qui est clairement répréhensible et qui relève de la faute professionnnelle) envers les hommes. Malheureusement, aussi des femmes sont touchées. Une histoire sordide. Une femme victime de grave violences conjugales vient un jour déposer plainte. Refus de la police parce qu'elle ne "saignait" pas. Nouveaux coups, elle prend un couteau et tue son mari : acquitté pour légitime défense. A ma connaissance, le fonctionnaire de police n'a jamais été inquiété. Cela est dû à plusieurs choses : 1 - Manque de formation 2 - Incapacité à saisir la gravité d'une situation 3 - Ignorance concernant les hommes victimes. Il faut savoir que le protocole d'intervention du 911 au Québec fait que même si l'homme appel et qui est victime, il est de facto emmené au poste. Il y a malheureusement un corrollaire à tout ca, c'est la fausse dénonciation qui n'est actuellement pas sanctionnée. Cet article essaye aussi d'attirer l'attention des pouvoirs publics sur ce sujet pour une prise en charge dynamique, adéquate et déséxuée mais aussi pour qu'ils se dotent de moyen d'évaluation performant. Il suffit pour ca de comparer les rapports francais à ce qui se fait outre Atlantique. Nous avons beaucoup à apprendre de chez eux.
DICK Patricia (Vériteur) Le 28/06/2012 à 10:05 | #4
Merci Bertrand pour cette Vérité. En effet, nous avons tendance à généraliser le schéma femme victime/ homme agresseur. Je compte moi-même dans mon entourage une amie ayant subi des violences conjugales et son traumatisme m'a particulièrement sensibilisé à ce fléau. Je me suis intéressée à des associations qui luttent contre les violences conjugales et il est vrai que la plupart du temps ( voire tout le temps), seule les violences faites aux femmes étaient visées. Les hommes victimes de ces violences subissent une double humiliation car en plus de ne pas être reconnue, leur souffrance est source de moqueries comme l'explique Earth. Votre Vérité est très intéressante car elle nous permet de prendre du recul et de nous rappeler que la violence n'est pas inhérente à un genre mais à l'essence humaine.
TERRIEN Guillaume (Vériteur) Le 28/06/2012 à 09:37 | #3
Quelle richesse dans cette vérité! Il est vrai qu'on ne parle pas assez des violences faites aux hommes. Je pense que les questions fermées permettent plus de comptabiliser ces violences et donc d'obtenir de meilleures statistiques, notamment en terme de violences physiques. La méthode idéologique française laisse la porte ouverte à beaucoup de "tout et n'importe quoi". J'ai été presque choqué par les statistiques de violences faites aux hommes. Néanmoins, je ne suis pas sûr d'un point: s'agit-il des violences physiques ou de tous les types de violences? Merci en tous cas Bertrand d'éclaircir les choses et de remettre l'individu au centre du débat. Les hommes n'ont pas le monopole de la violence bien au contraire, ils ont souvent plus de difficultés à se défendre car les conséquences juridiques sont parfois bien plus graves pour eux que pour les femmes. Un ami à qui c'est arrivé m'a raconté que lorsqu'il avait porté plainte à la gendarmerie, les responsables s'étaient ouvertement moqués de lui. C'est pitoyable mais très représentatif de la mentalité machiste d'une majorité de la population!
CAMPANA Bertrand (Vériteur) Le 27/06/2012 à 18:18 | #2
Bonjour David, J'ai volontairement pas mis les études et les références pour un problème de lisibilité et pour éviter la surchage. Sur d'autre plate forme je mets les références mais ce n'est pas le format du site. Vous pourrez trouver les chiffres de l'ONDRP 2011 (les chiffres 2012 devraient arriver sous 15 jours) ici : http://www.agoravox.fr/IMG/pdf/Violences_physiques_ou_sexuelles_au_sein_du_menage_-_ONDRP_2011.pdf La plupart des études mentionnées sont directement accessibles sous format .pdf ici : http://www.mediaradar.org/reports.php Trois documents fort interessant à lire : "Violence against men" (ministère allemand des affaires sociales 2004) : http://www.agoravox.fr/IMG/pdf/V_i_o_l_e_n_c_e_aga_i_n_s_t_men-_-_kurzfassung-gewalt-maenner-englisch_-_Premier_rapport_allemand.pdf "Fifty Domestic Violence Myths" : http://www.agoravox.fr/IMG/pdf/RADAR_-_Fifty_Domestic_Violence_Myths.pdf "Processes Explaining the Concealment and Distortion of Evidence on Gender Symmetry in Partner Violence" : http://www.agoravox.fr/IMG/pdf/Processes_Explaining_the_Concealment_and_Distortion_of_Evidence_on_Gender_Symmetry_in_Partner_Violence.pdf Concernant la critique de l'ENVEFF, vous pouvez la lire ici : http://www.la-cause-des-hommes.com/spip.php?article203 De plus amples informations sur cette page : http://www.la-cause-des-hommes.com/spip.php?article203
POURTIER David (Vériteur) Le 27/06/2012 à 17:48 | #1
Votre vérité est intéressante car très étayée de données, de chiffres. Il aurait été intéressant que vous puissiez intégrer les références précises aux études afin que nous puissions y accéder aisément. En tout cas, texte de qualité, qui n'oppose pas stérilement les deux genres victimes de violences. Il n'y a en effet aucune raison pour laquelle il faudrait, sous prétexte que les violences faites aux femmes constituent un problème grave de société et de santé publique, minorer voire refuser de reconnaître qu'il existe également un phénomène de violences faites aux hommes, dont les proportions apparaissent tout à fait significatives
Page 2 sur 2 «12>
X

Partagez ma Vérité sur :

Restez informé :