Toutes les Vérités > La vérité sur le devenir des éléphantes Baby et Népal du zoo de Lyon

La vérité sur le devenir des éléphantes Baby et Népal du zoo de Lyon

Thème : Justice, Société, Animal
Publiée le 10/01/2013 |
8744 | 7
Révélée par Association Code Animal |
3

Restez informé !

Recevez quotidiennement
les nouvelles actualités
par e-mail.

Photo de la Vérité
Prêtée en 1999 par le cirque Pinder au zoo de Lyon, la polémique enfle depuis l'annonce d'euthanasie des deux éléphantes porteuses de la tuberculose ...

Baby et Népal : revenons au vrai problème.

 

Baby et Népal, deux éléphantes appartemant au cirque Pinder ne se sont jamais bien intégrées au show. Suite à la volonté de la Municipalité de Lyon d'agrandir son cheptel d’éléphants du zoo du Parc de la Tête d’Or, les éléphantes ont donc été mises en pension au zoo de Lyon suite à une convention passée courant 2000 entre le cirque et la ville, accord tacitement reconductible chaque année. 

Pendant plus de 10 ans Baby et Népal, très marquées par leur vie passée et leur détention dans ce zoo, ont éveillé la curiosité du public, témoin de leurs balancements permanents d'une patte sur l'autre.   Mais néanmoins, à l'exception de quelques rares associations, dont Code Animal, tentant d'alerter le public quant au sort de ces animaux captifs et à la signification de ces troubles du comportement, aucune véritable mobilisation ne s'est organisée. 

 

En 2011, le Directeur du zoo, Dr David Gomis, a fait passer le test de dépistage de la tuberculose, non obligatoire et considéré encore comme peu fiable, aux 2 éléphantes.  Selon le Dr Gomis, Baby et Népal sont positives au test, sans avoir pour l’instant déclaré la maladie. La Municipalité de Lyon a donc demandé à Mr Gilbert Eldestein, P.D.G du cirque Pinder de reprendre ses éléphantes, menaçant sinon de faire procéder à leur euthanasie. Le Directeur du cirque a déclaré ne vouloir reprendre les éléphantes que si elles étaient soignées, arguant qu'elles ont été confiées au zoo en bonne santé. 

 

Cirque et zoo se renvoyant la responsabilité, Code Animal a multiplié les contacts afin de trouver une solution. L'euthanasie a finalement été suspendue dans la perspective d'une guérison, mais rien a été fait... 

 

1 an plus tard, en décembre 2012, le Préfet du Rhône ordonne l'euthanasie des 2 pachydermes pour des raisons de santé publique.

 

Les prises de position se multiplient et notamment celle de Mr Edelstein, directeur du cirque Pinder, afin de sauver ses éléphantes ... puis c'est au tour des acteurs et des politiques de s'indigner de l'euthanasie programmée de Baby et Népal. Les recours du cirque Pinder ont retardée l'euthanasie (le 9/01/2013, les éléphantes suvivaient encore dans le zoo).  La démarche pourrait être louable si elle était assortie d'un véritable message de fond à l'égard des animaux captifs.

 

Code Animal, association de défense animale spécialisée dans les animaux sauvages captifs tente de reposer le débat dans le contexte de la captivité, car la question d'un sauvetage et d'une guérison ne peut faire l'économie d'un débat sur les conditions de vie à terme de ces éléphantes. Sauver ces éléphantes pour finalement les maintenir dans une privation de groupe social ou d'espace n'a pas de sens.
 

Aujourd'hui, qui s'indigne de la capture passée de ces éléphantes en 1968 ? De leur vie de misère dans un cirque puis dans cette jungle urbaine ? Les séquelles de leur captivité est visible au travers de ces balancements incessants que les visiteurs du zoo de la Tête d'Or peuvent aisément observer. Ces éléphantes présentent des troubles du comportement significatifs d'une souffrance et d'un mal-être chronique. Cette souffrance qu'endurent bien d'autres éléphants captifs, dont certains qui survivent seuls dans des cirques, ne mérite-t-elle pas aussi notre mobilisation ?

Une étude du Dr Paul Rees, spécialiste du bien-être animal en Grande-Bretagne a démontré que les éléphants maintenus en captivité seuls ou en groupes trop restreints peuvent souffrir de dépression et mourir prématurément. D'autres études, démontrant la souffrance en captivité de ces animaux extrêmement sociaux, ont conduit des pays européens telles que l'Autriche, le Portugal, la Hongrie, la Croatie, la Grèce ou encore la Finlande à interdire la présence des éléphants dans les cirques, alors que la Grande Bretagne, les Pays-Bas ou l'Allemagne sont actuellement entrain de légiférer en ce sens.

 

Baby et Népal ne sont que la triste illustration d'un problème de fond, lié à la captivité des animaux sauvages. Code animal appelle donc à une mobilisation pour mettre fin à l'exploitation des animaux sauvages dans les cirques et les zoos, afin qu'il n'y ait plus d'autres Baby et Népal victimes de l'exploitation humaine.
 


Le Vériteur

Photo du Vériteur

Association Code Animal

Code animal est une association spécialisée dans la relation entre l'homme et l'animal, plus particulièrement au travers de la captivité (cirque, parc zoologique, delphinarium, nouveaux animaux de compagnie... ). L'association défend l'idée de respect de tout être vivant, qui s'étend au-delà de l...
X

Partagez ma Vérité sur :

Restez informé :