Toutes les Vérités > Ethique de la « new medecine » : le droit de savoir des patients

Ethique de la « new medecine » : le droit de savoir des patients

Thème : Santé, Médecine
Publiée le 22/01/2015 |
7977 | 1
Révélée par DELEPINE Andree |
90

Restez informé !

Recevez quotidiennement
les nouvelles actualités
par e-mail.

Réagissez !

Pour réagir, vous pouvez :
S'inscrire ou réagir directement
Un espace de parole libre est disponible sur le forum, pour y accéder cliquez ici.

Les réactions(1 réaction)

Doctorix Le 24/01/2015 à 15:33 | #1
L'arrivée de ces molécules miracles à 30.000 euros par mois (oui, oui) , parfois, pour des résultats improbables ou déplorables, ont été une catastrophe pour la médecine générale.
Pour pouvoir s'offrir ces coûteux gadgets, on nous a privé du remboursement de milliers de molécules éprouvées ou inoffensives, qui facilitaient notre travail de tous les jours et ménageaient les finances de la sécu.
En dehors des toniques veineux, un exemple parmi tant d'autres, je citerai ces petites ampoules plus ou moins placebo qui nous permettaient de régler avantageusement les petits problèmes ordinaires de la vie, par exemple les anti-asthéniques.
Comme il fallait bien prescrire quelque chose à ces gens qui n'avaient rien, on a glissé progressivement vers les anxiolytiques, ces coûteuses molécules addictives qui ont transformé nos patients en drogués et nous en dealers, et ce pour un coût faramineux.
Les raisonnements des polytechniciens, à force de pousser la logique, atteignent souvent l'absurde, et on ferait mieux parfois de demander l'avis de ma concierge, qui, elle, a gardé son bon sens.
X

Partagez ma Vérité sur :

Restez informé :