Toutes les Vérités > Ma vérité sur les militants

Ma vérité sur les militants

Publiée le 06/06/2012 |
9191 | 10
Révélée par CHALMI Alexis |
3

Restez informé !

Recevez quotidiennement
les nouvelles actualités
par e-mail.

Réagissez !

Pour réagir, vous pouvez :
S'inscrire ou réagir directement
Un espace de parole libre est disponible sur le forum, pour y accéder cliquez ici.

Les réactions(10 réactions)

Coriolan Le 21/10/2014 à 10:46 | #10
La langue de bois destinée à flatter de façon démagogique le lecteur-électeur-consommateur n'est pas votre méthode de travail. Toutes les vérités étant bonnes à dire, surtout en période électorale, vous décrivez parfaitement l'ignorance politique de la majorité des militants et sympathisants que vous avez pu rencontrer lors de votre périple national. Le conformisme adapté aux discours lénifiants provoquant ce suivisme béat, dénué d'esprit critique. J'espère que votre article sera développé dans un livre et permettra la réflexion qui s'impose avec le recul d'un reportage pris sur le vif, reflet de la médiocrité ambiante des élites privilégiés et de leurs soutiens égarés en victimes consentantes.

Votre plume alerte est idéalement destiné à alimenter des éditoriaux condensés et pertinents, jetant un éclairage sur les travers et les dysfonctionnements de l'appareil de sélection des édiles qui nous dirigent. Dans le droit fil des ouvrages sur le métier de Journaliste de Thomas FERENCZI et Géraldine MUHLMANN. A cet égard, votre profession fera oeuvre de pédagogie, salutaire à tous.
DUBOIS Valérie (Vériteur) Le 06/09/2013 à 02:01 | #9
Bonjour,

Des droits de l'Homme, dans un pays civilisé et envié ...

Voici mon histoire et celle de mes enfants à partager sans modération : http://www.maveritesur.com/valerie-dubois/victime-d-un-internement-abusif-je-me-bats-pour-mes-enfants/555

Le communiqué de presse concernant mon affaire : http://psychiatrie.crpa.asso.fr/2013-01-22-cm-crpa-De-l-internement-abusif-en-tant-que-violation-des-droits-de-l-homme-des-conflits-conjugaux-et-des

L'article du journal Le Monde concernant mon affaire : http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/06/12/le-caractere-abusif-d-un-internement-psychiatrique-devant-la-justice_3429008_3224.html

L'article concernant les internements abusifs : http://comitecedif.wordpress.com/2013/07/13/larme-de-linternement/

Et un cas similaire qui prouve que ma situation n’est pas un cas isolé, sans précédent : http://www.mensongepsy.com/doc/interner.pdf

Bien à vous,
TERRIEN Guillaume (Vériteur) Le 23/08/2012 à 15:41 | #8
Je trouve le dernier commentaire un peu dur avec l'auteur bien que je ne partage pas l'intégralité de ses avis. Effectivement, il me semble qu'Alexis dit de lui même qu'il est un ""jeune journaliste""; l'analyse de Matthieu est donc quelque peu facile. Par ailleurs, je partage plutôt l'avis de l'auteur sur les meetings: 80% des gens présents lors de ces réunions n'ont aucune idée du programme de leur candidat - sans doute plus au courant des dernières nouvelles de Secret Story en revanche ! - et qui ont même du mal à citer UNE SEULE des propositions de lois et/ou réformes de ce dernier! C'est tout de même incroyable, non? Soutenir quelqu'un juste pour le principe sans savoir ce qu'il défend réellement (mais défend-il quelque chose d'autre que sa propre stratégie de communication étudiée par des armées de communicants plus ou moins doués?) paraît complètement invraisemblable.

Quant aux médias, je ne dirais pas qu'ils sont mieux informés car il arrive souvent qu'ils copient leur papier entre eux en les modifiant de très peu de choses ce qui uniformise totalement l'information et qui rend la politique encore plus ""bling bling"" qu'elle ne l'est déjà... Performance! L'auteur n'infantilise pas les gens, il raconte ce qu'il a vu aux meetings du PS et - pour en avoir fait de nombreux en 2007 comme en 2012 - je suis entièrement d'accord avec lui! Le niveau de ""groupisme"" de 2007 n'a jamais été égalé ailleurs tellement il était insupportable; mais je suppose qu'il en était de même chez l'UMP sarkosyste tant ce dernier usait de la communication et de certaines autres méthodes beaucoup moins démocratiques pour rallier des voix mais ce n'est pas le débat !

Mais je comprends ces critiques venant d'un idéaliste du Front de Gauche. Je ne rentrerai pas dans l'Histoire mais ... vraiment ??? Je suis assez proche des idées défendues par certains groupes d'extrême gauche mais suis tout de même conscient qu'elles sont - dans l'état actuel des choses - INTEGRALEMENT UTOPISTES ! Quant à la poésie, que dire...? La poésie de ce cher Jean Luc me laisse de marbre et, chose hilarante, il ose critiquer les méthodes communicantes de Sarko mais que dire des siennes? C'est un homme intelligent et cultivé, je suis prêt à parier qu'il avouerait dans l'intimité se servir de ces mêmes méthodes: provocation, business, copinage, médias et j'en passe... Oui, on peut aller dans le détail, on peut rêver mais autour d'une table basse avec des amis et quelques bières, pas en public même si c'est une très belle démarche! Faut arrêter avec ces utopies ravageuses. Ca fait mal aux gens. Ca les fait croire que demain sera meilleur et plus facilement alors que sans concession, sans travail, sans courage, il n'y aura absolument RIEN de mieux, bien au contraire! Critiquer son âge et son manque d'implication relève, j'en suis désolé, d'un manque d'humilité flagrant: ce sont les jeunes cons et non les vieux fous qui feront la société, qui la font déjà, qui sont les forces vives et vivre en critiquant ça, écrire en critiquant son implication revient à ne pas bien en comprendre les causes de cette non implication.

Alors oui, ça lui est peut-être passé au dessus, éventuellement, mais rien n'est moins sur. En revanche, ce qui passe en dessous, ce sont les discours de tous les politicards qui font les mêmes formules de campagne et à peu de choses près des programmes similaires, usent des mêmes méthodes depuis des années et des années sans ne jamais penser à CHANGER complètement les choses, c'est à dire se sacrifier pour son pays sans intérêt, sans attendre de retour ou de réélection. Les militaires avaient au moins cette vertu au milieu de beaucoup de défauts. On est pas un vieux con parce qu'on ne vote pas, on est pas un vieux con parce qu'on s'insurge devant la vaste comédie que représentent les élections françaises, on est un vieux con lorsqu'on critique un jeune qui donne son point de vue et des explications quant à sa non-implication dans la vie de la cité. Au lieu d'envoyer des commentaires acerbes, peut-être auriez-vous pu lui donner des conseils, lui faire partager votre passion manifeste pour la politique, vos idéaux et votre espoir pour l'avenir! Cela aurait sans doute été plus efficace. Je ne relèverai pas les dernières phrase lapidaires. Lui conseiller de faire preuve d'empathie alors que vous en manquez complètement dans votre commentaire me laisse perplexe.

Signé: un vieux con qui n'a pas acheté son ""booster"" en 2007.
ChanutMatthieu (membre) Le 23/08/2012 à 13:22 | #7
Alexis je pense que tu es bien parti pour faire ton trou dans le journalisme. Ou alors avec de la chance et peut grâce au voyage, tu te diras ""putain qu'est ce que j'ai été con et prétentieux quand j'aie écris ce truc."" Et tu auras un peu honte. Ce n'est pas grave au contraire ça te prouvera que tu as progressé. Car là dans ""ta vérité"", il y a des contradictions ""le fond"" n'intéresse pas les gens dans le meeting et il est selon toi présent dans les médias... ce qui laisse songeur,
ceux qui connaissent le programme sont pire que ceux qui ne le connaissent pas... Tu infantilises les gens comme des groupies de Patrick Bruel...
Quand tu nous sors en 2012 ""Les anciens m'ont raconté que pendant la campagne de 2007"" franchement on se marre parce qu'on se dit qu'en 2007 tu t'achetais ton premier Booster...
Tu vas jusqu'à regretter que les gens n'aillent pas plutôt brailler dans un stade de foot.... Moi j'ai fait quelques meeting du Front de Gauche, et que ce soit sur le fond des mesures et sur le fond des idées, on est allé dans le détail et on a fini sur de la poésie... toi vu ton âge et ton absence d'implication dans la citée ça t'es manifestement passé au dessus mais tu as le sentiment que ça t'es passé au dessous... réfléchis-y car le risque c'est d'être déjà un vieux con alors qu'il semble que tu sois assez jeune... J'espère pour toi et pour l'image de la France que tu vas nécessairement véhiculer lors de ton tour du monde, que tu feras preuve de davantage d'humilité et d'empathie dans tes analyses.
TERRIEN Guillaume (Vériteur) Le 08/06/2012 à 10:07 | #6
Chère Saskia, je vois que vos désirs de provocation n'ont de cesse. Alors je vais prendre plaisir à y répondre. Vous vous acharnez à contre dire nos arguments, notamment sur le parisiannisme par des contre exemples qui ne sont pas des exceptions mais des minorités. Excusez moi de vous dire qu'un fermier ou qu'un habitant de Saint Herblain est moins au contact de l'actualité, de la culture et d'une certaine façon de la "civilisation développée" (attention de ne pas prendre ce mot au premier degré car je ne pense pas que les citadins soient tous plus développés que certains agriculteurs) qu'un parisien. Paris est la capitale de notre pays et il s'y passe donc politiquement plus de choses que dans les autres villes. C'est une fatalité, c'est un constat. Pareil pour la culture. Ce que l'on désigne par parisiannisme, et je pense que Chalmi partagera mon point de vue, c'est cette façon hautaine et parfois méprisante ou condescendante qu'on les parisiens de croire qu'ils sont au centre du monde et que tout leur est du. On ne va pas rentrer dans la guéguerre paris / province qui est ridicule mais si d'aussi nombreux provinciaux qui veulent "évoluer socialement et professionnellement" viennent à Paris, ce n'est pas un hasard! Ce qui ne veut pas dire que Paris est la seule ou la "meilleure" ville en FRance. Simplement, il s'y passe plus de choses qu'ailleurs et moins qu'ailleurs dans le monde. En France, c'est une ville référence. Point. Quant à Nietzsche et à la mort de Dieu, chère demoiselle, il n'a rien à faire dans ce débat. Je pourrai aussi me servir de ma culture philosophique ou littéraire pour dire de jolies phrases dans un article sur la politique (Platon ou Aristote auraient sans doute été d'ailleurs plus à même d'être cités dans ce contexte, pour ne parler que des "vieux"). Je maintiens cependant mon amour pour Rilke et votre dernière citation qui correspond bcp à ma vision pessimiste de la société qui nous entoure et de l'humanité en général. Cdlt.
(membre) Le 07/06/2012 à 13:20 | #5
Monsieur le terrien, tout à fait d'accord sur votre idée de l'influence qu'a le JT sur les représentations. De toute façon je pense qu'on ne peut pas séparer complètement ce que pensent les citoyens de ce que disent les médias, les uns influencent les autres (par leurs attentes et leur désintérêt), influencent ce que les journalistes "peuvent" dire (ou vont dire pour faire de l'audience ou pr faire vendre, en tt cas ds les gds médias de "masse"), les autres poussent aussi le débat à aller dans tel ou tel sens, à prioritiser les sujets, etc. Il y aurait donc influence mais responsabilité partagée, merci à Chalmi de nous le rappeler, merci au Terrien de nous aider à nuancer :). Par contre, une petite question: quelle est la différence entre un "Parisien" et quelqu'un qui viendrait d'ailleurs ? Est-ce qu'il y aurait une France qui serait au courant de beaucoup plus de choses parce qu'elle vit dans le nombril du monde (ou en tout cas qui aurait une vision bien particulière et caractéristique de "sa" ville), versus une France rurale, qui ne lit pas les journaux mais tire ses vérités du JT, qui ne voyage jamais, ne rencontre jamais d'étrangers, est incapable de se forger une opinion ? Désolée de retomber dans le cliché mais il me semble lire certaines de ces oppositions dans vos commentaires (Terrien et Chalmi). Je ne pense pas qu'on puisse séparer en 2 "mondes" aussi distincts, et je ne pense pas non plus qu'on puisse parler de "parisiannisme"... (ou alors, définissez :D). La question reste lancée de savoir comment redonner du fond au débat, de la valeur aux idées, du contenu au discours. Du sens à la politique si je puis me permettre... Après la mort de Dieu, la mort de l'histoire, pourrait-on pousser le cynisme jusqu'à parler d'une mort du politique? Mais sur ce sujet je voudrais rappeler que pour Nietzsche, la mort de Dieu est une des choses les plus graves qui sont arrivées car cela signifie que nous n'avons plus de valeurs, plus de croyances. Il croyait au besoin de réinventer des idoles, de trouver des nouveaux dieux, des dieux qui aient plus de sens, qui nous aident à toujours nous surpasser. Comment aller vers une nouvelle idée du politique, des hommes et femmes politiques? Je relance ma citation de Rilke: "il faut savoir que les choses sont sans espoir. Et tout faire pour les changer"!
TERRIEN Guillaume (Vériteur) Le 07/06/2012 à 12:29 | #4
Re, alors tout d'abord, merci à Saskia de se mêler au débat. Quelques pistes pour répondre à son post: 1/ Ca ne serait ni mieux, ni moins bien que ces "fanatiques" aillent gueuler dans des stades de foot mais au moins, les politiciens découvriraient à quel point le "peuple" ne se sent plus représenté par la politique. Ce qui amènerait forcément un VRAI changement et une refonte de notre système démocratique dans un système beaucoup plus "ouvert" à la population. 2/ Les médias nivellent également la politique par le bas et l'information en générale, c'est une honte. Il n'y a qu'à regarder le journal de 13h (même sur Canal) pour s'en apercevoir. Où est passée la vraie info, sans langue de bois qui traite des sujets de fond en expliquant au plus grand nombre les problèmes? A t-elle un jour existé? Les journalistes sont à mon sens des traducteurs: leur rôle est de "vulgariser" les débats politiques pour que la population les comprennent et s'en emparent et non pas de donner leur avis sur tel ou tel sujet comme c'est de plus en plus souvent le cas. Les médias se sont fait bouffer par la politique il y a bien longtemps c'est pour cela que je trouve la démarche sans langue de bois d'Alexis très encourageante! 3/ Je pense que les citoyens ont largement assez de temps pour se consacrer à ce sujet (merci les 35h!) mais qu'ils n'en n'ont simplement RIEN A FAIRE car trop éloigné de leurs préoccupations et trop plongé dans le "semi intellectualisme" qui n'aide que les élites. 4/ J'explique personnellement ce désintérêt par trois raisons majeures: - l'éloignement entre les préoccupations des citoyens et les propositions des politiciens - le sentiment que la crise économique - et l'économie libérale en générale - a pris le pas sur la politique - la montée toujours plus flagrante de l'individualisme social (due à toute sorte de facteurs) qui fait que les citoyens se moquent de la politique du moment qu'ils ont de quoi bouffer, boire et se loger (ce qui est déjà pas mal!) A bon entendeur mais ce débat mérite d'être mené...
(membre) Le 07/06/2012 à 10:30 | #3
Bonjour, votre article est passionnant, merci de nous faire profiter d'une vision "de l'intérieur". Quelques commentaires: il me semble que vous rejoignez M. le martien quand il nous dit que la jeunesse est complètement dépolitisée (voire a-politisée), désillusionnée, qu'elle ne s'intéresse plus (par rapport aux générations précédentes) ou pas (par rapport à ce que nous, jeunes d'aujourd'hui) aux campagnes politiques. Cela ne serait donc malheureusement pas un phénomène qui se restreint à la France "profonde". Jusque là, rien de nouveau sous le soleil me direz-vous. Par ailleurs, je trouve très intéressant que vous nous disiez que c'est moins les médias que l'intérêt des gens qui raccourcissent et rabaissent le débat. C'est toujours beaucoup trop facile de rejeter la faute sur les autres, de dire que c'est de la faute des médias qui "manipulent" les gens (ou simplement les conditionnent). L'homme a tjrs une grande facilité à ne pas se remettre en question! Maintenant, j'ai pourtant une question à vous poser: est-ce que cela serait véritablement mieux que ces moutons aillent gueuler leur solitude dans un stade de foot, plutôt que d'aller dans des meetings ? N'est-ce pas un point de vue un peu trop désabusé ? Et, si tous ces gens là finissent par se désintéresser des campagnes (auxquelles ils prennent vraiment "parti" tous les 5ans? surtout pour les présidentielles? ou n'est-ce pas le cas? -c'est une question-); bref, si tout ces gens finissent par se désintéresser, ne se retrouve-t-on pas face au risque que les candidats continuent à exploiter cette pseudo ferveur, chaque fois davantage et avec de moins en moins de scrupules? Car les candidats doivent le savoir... et se positionner exactement comme tous ces militants le souhaitent? Leur donner ce qu'ils veulent ? Jouer avec cette ferveur, ou ce fanatisme ? Une autre question: pensez-vous que Tocqueville avait raison quand il disait que les citoyens risquaient de délaisser la liberté au profit de l'égalité, du confort ? Pensez-vous qu'on puisse dire que le fait que les gens n'aient que peu de temps pour s'intéresser véritablement à ces questions (c'était facile pour les citoyens grecs qui n'avaient rien d'autre à faire toute la journée que de débattre!) explique ce manque d'intérêt ? Pensez-vous que le sentiment que de toute façon "ça ne changera rien" joue un grand rôle ? Et quid de l'héritage gaulliste dans toutes ces représentations ? En un mot, comment expliquez-vous ce désintérêt profond ? (Car si je vous comprends bien il s'agit plus de recherche d'un lien social distendu, d'une volonté d'appartenance, que d'une quelconque curiosité politique). Merci d'avance pour vos réponses et pour votre article.
emmanuelsavern3 (membre) Le 07/06/2012 à 10:12 | #2
Je dois dire Alexis que vous tapez juste avec votre Vérité sur les militants. Devant mon poste de télévision, je me suis toujours demandé ce qui pouvait pousser les gens à verser dans une telle idolâtrie, quelles que soient les convictions, marquées ou non, de chacun. Mais ceci dit, je me fait la même réflexion pour le sport, le cinéma, ... et, à ce titre, votre article pointe un travers bien généralisé de notre société. On a besoin d'idôle à vénérer, pour mieux les brûler par la suite
TERRIEN Guillaume (Vériteur) Le 07/06/2012 à 09:40 | #1
Cher Alexis, je trouve ce billet très intéressant. Seules quelques petits détails me perturbent: Vous parlez de "France profonde" mais vous vous restreignez aux clichés primaires comme quoi la France profonde ne voit jamais d'étrangers et c'est pour ça qu'elle vote FN. Je crois surtout que la France profonde est directement influencée par le journal de 20H (donc par les journalistes) et par la situation économique qui fait que le chômage, chez eux comme ailleurs est en hausse et non pas le nombre d'étrangers. L'insécurité n'est pas que physique, elle est également financière, sociale, et même paysanne si je pousse le trait. Mais je ne vais pas entrer plus en profondeur dans ce sujet. Le second point découle du premier: pour parler comme ça, il est évident que vous êtes parisien et votre "forcage de trait" le montre bien! Donc le lecteur peut effectivement vous taxer de "parisianniste" (un parisiannisme peut-il d'ailleurs être éclairé...?) Sinon, dans le fond, je suis tout a fait d'accord avec vous, les français se foutent complètement de ce que disent les candidats et on les comprend car... ils ne disent en fait pas grand chose! La politique est aujourd'hui devenu un divertissement qui frise le ridicule et qui masque difficilement le fait que les chefs d'état ne contrôlent plus grand chose aujourd'hui, tant sur le point économique, que sur le point social. La vraie question est donc de savoir comment redonner de la valeur à un politicien qui a des idées et lui donner l'opportunité de le faire? Mais, dans ma question siège déjà une réponse: politicien et idées? Allons bon, je me mets à croire aux miracles!
X

Partagez ma Vérité sur :

Restez informé :