Par Alain ERSHAM, Président de l’association ABUS 1855

Des centaines de clients lésés, des plaintes en cascade, une chute brutale des ventes… Tout cela découle des ventes de vins en primeurs litigieuses sur le site 1855.com.

Le principe de la vente en primeur est pourtant attrayant : les clients achètent leurs vins, souvent des grands crus, quelques mois après les vendanges et sont livrés une à trois années plus tard, après avoir réglé la TVA. Rappelant le système des marchés à terme, ces ventes en primeurs supposent la bonne foi du négociant mais aussi des viticulteurs. Or, les vins vendus par 1855.com impliquaient des récoltes qui ne leur avaient pas toujours été réservées par les vignerons…

Dénoncée par Delphine Veau sur maVeritesur.com le 23 Mars 2012, cette affaire a rassemblé de nombreuses victimes, dont votre serviteur.

Forts de ce rassemblement et de cette énergie, nous avons pu créer une association de victimes dénommée ABUS 1855 (Au bénéfice des usagers spoliés de 1855) afin de solidariser leur action en justice, dont j’ai l’honneur d’être le Président.

Nous avons déjà reçu plus d’une centaine de demande d’adhésions et comptons déjà plusieurs dizaines de membres.

L’avocate de l’association, Maître Hélène Poulou, a déjà obtenu une première condamnation au civil de « 1855.com » et compte bien récidiver pour les autres victimes.

Venez découvrir les dessous de cette affaire sur maVeritesur.com.

1855 : Ventes frauduleuses de primeurs sur internet

Révélée le 23/03/2012 par VEAU Delphine
1855.com, vraie arnaque ou simple erreur? Amateurs de vins, nous avons acquis auprès du site 1855.com de 2004 à 2008 des vins en primeur (environ une trentaine de bouteilles en tout). Le principe des primeurs est que vous achetez (vous réservez) les vins dès l’année de récolte du rais...

Ils révèlent leurs Vérités