Toutes les Vérités > Une nouvelle plateforme de boycott pour les consom'acteurs !

Une nouvelle plateforme de boycott pour les consom'acteurs !

Publiée le 17/10/2015 |
11906 | 1
Révélée par LEVENT Acar |
Soutenir

Restez informé !

Recevez quotidiennement
les nouvelles actualités
par e-mail.

Photo de la Vérité
Fondé sur la liberté d'expression, le boycott doit devenir un moyen efficace de faire évoluer les acteurs économiques vers un monde plus vertueux.
Pourquoi vous voulez lancer une plateforme de boycott ?

Au fond, on rêve tous de changer le monde, n’est-ce pas ? Quels sont nos moyens concrets pour agir ? Notre expérience nous a appris une chose: pour être efficace, une action doit être collective. Le boycott est l'outil par excellence du citoyen aujourd'hui délaissé à tort. Utilisons-le de façon responsable et solidaire. Aidez-nous à réaliser ce challenge et faisons en sorte de rendre le monde meilleur.

Comment avez-vous eu l’idée ?

Nous recherchions des solutions à la fois pacifiques et efficaces dans une société où les dérives se multiplient et le pouvoir du citoyen se réduit à un vote. Un reportage sur Gandhi nous avait démontré de façon spectaculaire le pouvoir du boycott et des actions non violentes notamment la célèbre "marche du sel" et le boycott des tissus étrangers.

En décembre 2014, l'article de Mr Mondialisation, "1 million de signatures contre TAFTA à la poubelle", m'a fait prendre conscience que la pétition est un outil formidable de communication mais qui a ses failles. Il nous fallait un outil pacifique tout en restant efficace: on a remis sur la table le boycott.

Depuis ce jour, nous avons noué plusieurs contacts parmi les acteurs engagés (médias alternatifs, associations, ONG, blogueur, juristes..). Ces partenaires plus motivés les uns que les autres, nous donnent le courage de continuer à relever ce défi. Aujourd'hui, nos partenaires dépassent le million de fans Facebook cumulés. Ensemble nous avons la conviction de pouvoir changer les règles.

Beaucoup pensent que le boycott est interdit ? A tort ?

Aujourd'hui, lorsque nous prononçons le mot boycott, nous sommes pris pour des activistes bornés prêts à en découdre. Dans une société de consommation, le boycott est l’arme ultime du consommateur pour exprimer son droit d'expression. La décision de consommer est un choix individuel qui n'engage que lui, sa conscience et sa carte bleue. Chacun a la possibilité, la liberté et le droit de choisir à qui il va donner son argent.

Ainsi, la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme de 1948 déclare à l’article 19 : « Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »

Cette liberté d’expression et d’opinion est une des libertés les plus importantes que l’on retrouve dans tous les textes fondamentaux des démocraties.
Oui, le boycott est autorisé. Toutefois, comme tous droits fondamentaux, la liberté d’expression a ses limites, et c’est là que les incompréhensions se trouvent. Nous allons tout faire pour clarifier le débat et apporter un cadre juridique clair pour que les citoyens puissent exercer leurs droits d’expression et d’opinion.

En premier lieu, l'appel au boycott n'est pas interdit à partir du moment où il ne discrimine pas sur des critères définis à l'article 225-1 du code pénal c'est-à-dire des critères de races, de religions, etc. D’autre part, le boycott souffre de préjugés parce qu'il y a eu des condamnations de personnes qui abusaient de cette liberté en dénigrant de façon inconsidérée d'autres personnes. Imaginez que vous ayez un conflit avec un commerçant dans une petite ville. Votre appel au boycott sera perçu comme une volonté de nuire et vous mettrez probablement en jeu votre responsabilité pour le préjudice que vous lui causerez.

Enfin, la liberté d’expression est limitée par le délit de diffamation ou d’injure. A l’aide de juristes, spécialisés dans ces domaines, nous mettrons en ligne un guide juridique afin que les citoyens puissent lancer leurs campagnes en toute sécurité.

En revanche, fondé sur des faits objectifs, rien ne vous empêche d'appeler au boycott. Qui a attaqué en justice Jacques Maillot, président de Nouvelle Frontière qui a appelé au boycott des Maldives lorsqu'en 2014 l'archipel a réinstauré la peine de mort ? Que s’est-il passé lorsque Ségolène Royal, ministre de l’écologie, a appelé en juin 2015 à arrêter de consommer du Nutella en raison des dégâts considérables sur l’environnement en raison de la culture intensive d’huile de palme ?

Oui, le boycott est possible. Oui, nous pouvons agir tous les jours, car nous avons le pouvoir dans nos choix de consommation.

Vous n’avez pas peur de porter excessivement préjudice aux entreprises et plus généralement au monde économique ?

Non, au contraire. Nous allons accélérer les changements déjà en cours. Aujourd’hui, beaucoup d’entreprises s’engagent dans une voie vertueuse avec la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE). D’autres acteurs, beaucoup moins scrupuleux, économise les coûts par tous les moyens. Nous serons une vraie menace pour la réputation de ces entreprises. L'objectif n'est pas de nuire à l’économie, mais de responsabiliser les entreprises pour qu’elles adoptent une politique durable. Notre plateforme deviendra une arme dissuasive vis-à-vis des entreprises qui se comporteraient d'une manière inadmissible. A terme, la seule menace du boycott doit les pousser à changer leur façon d’agir vis-à-vis de leur environnement.

« Le plus grand danger qui nous menace est la passivité »? Soyons tous consom'acteur. Agissons ensemble, aidez nous à relever ce défi !

Quel est votre modèle économique ?

Pour l'instant nous n'avons pas de modèle économique défini. Nous sommes une organisation à but non lucratif. Notre volonté et le soutien des citoyens devraient être suffisant pour démarrer ce projet fantastique. Nous verrons plus tard comment assurer notre pérénité. Toutefois, à la différence d'autres organisations de terrain, la maintenance d'une plateforme internet coute peu. Ce qui coûte c'est ça construction initiale.

Nous avons, d'ores et déjà, lancé notre campagne de financement participatif, soutenez-nous !
kisskissbankbank.com/i-boycott-org


Le Vériteur

Photo du Vériteur

LEVENT Acar

Levent est ingénieur en informatique, artiste engagé. Bulent est étudiant en école de management, sportif amateur. Après une longue expérience associative, plusieurs voyages solidaires, l’entreprise sociale et solidaire est un nouveau challenge dans notre parcours. Nous adhérons à cette...
X

Partagez ma Vérité sur :

Restez informé :